Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-męmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Carves
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
     
voir les photos     
  Carves, commune bien protĂ©gĂ©e des grandes migrations touristiques, mĂ©rite une visite.

Celle-ci peut se concevoir à pied, à cheval ou en V.T.T. Vous apprécierez, ainsi, mieux la forme harmonieuse des pechs (collines), la découverte de bories ou de pigeonniers, le charme des chemins de terre, à conserver, et le calme des lieux.

Les lieudits ruraux, chantres d'une poésie bucolique, vous appellent à la tranquillité, à la petite histoire, et au rêve.

Des ruines de Maison rouge au Moulin d'Ecoute-s'il-Pleut, en passant par le Cauze, le Biroulet, Buffevent, Lespinasse, Laveyssière, les Cabanes, les Fargues, Montauban et les Pouges vous serez tentés de trouver un autochtone pour vous donner le sens de tous ces lieux. Il faut connaître les légendes, maîtriser l'occitan et avoir quelques notions de celte et de vieux-français pour retrouver le fil de ces interpellations d'un passé laborieux et, parfois, surprenant.

Si vous avez su abandonner votre véhicule, bien au repos sur un parking, les hauteurs de Carves vous laisseront gravées de bien belles images d'un Périgord authentique; agreste gardien d'une époque qu'il faut absolument mémoriser.



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Il a été observé quelques traces paléolithiques à Auzol et La Veyssière. Sur le territoire communal les observateurs des siècles précédents ont identifiés des polissoirs.

Beaucoup plus proche de notre temps, sous le Second-Empire, dans un écart du bourg, une famille aisée de l'époque a fait ériger le superbe manoir de Cantegrel qui ne manque pas de finesse.

Carves dépasse, de nos jours, à peine la centaine d'habitants.
Il y a cent ans Carves concourrait, avec Doissat et Sagelat, à la troisième place du canton et sa population se situait au-dessus des 500 habitants.

_______________________________________________________________

Une précision concernant le blason carvois.

C'est grâce à une bulle du pape Eugène III de 1153, que l'on trouve, pour la première fois dans un texte, le nom de cette paroisse sous la forme : Vicaria de Cauves. Carves était le siège d'un archiprêtré qui porta le nom de Belvez (aujourd'hui Belvès) puis celui de Paleyrac; ancienne commune rattachée, de nos jours, à Le Buisson-de-Cadouin. Patron saint Sacerdos; dont le symbole est un S. Repaire noble mouvant de la châtellenie de Berbiguières ayant haute justice sur la paroisse. Petite relique de saint Martin venue de Tours en 1852.

La municipalité, 2001/2007, a choisi d'évoquer une autre famille celle des de Bessou de la Coste ; nous proposons d'y ajouter le symbole du saint patron de la paroisse, soit :

D'azur au chevron d'or accompagné de trois étoiles d'argent, qui est de Bessou de la Coste ; au chef d'or chargé d'un S d'azur. En devise : 1153 - Cauves - 2003.

Blason conçu par X Bousquet.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Carves serait une dĂ©rive de calve qui viendrait de calvitie.
Les collines de Carves se trouvent, en effet, à quelques km du massif forestier de la Bessède mais, depuis des siècles, probablement au Moyen-âge, les plus belles forêts de la paroisse ont été mutilées. Il en reste, néanmoins, quelques timides reliefs.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Le village de Carves, superbe dans sa forme médiévale, perché au faîte de sa commune observe ses deux vallées où se glissent deux rus, fort intermittents, la Vallée, venant de St Laurent et Grives, et le Neufond, son affluent, arrivant des bas de Veyrines et de Cladech.

Sa forme, vaguement triangulaire, s'inscrit entre ses deux talwegs, ayant pour aboutissement Ecoute-s'il-Pleut, dont l'hypoténuse, très approximative, épouse les lits d'épanchement des forts modestes fontaines de Fonbounou et du Queyrand.

Les C.D n° 51 et 53 suivent les creusets des cours d'eau mais délaissent le bourg.








 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Associations 
     
     
  Carves a la chance d'entretenir une jeunesse pleine de crĂ©ativitĂ©.

Une poignées de jeunes, autour de Martin Bortolin, à peine âgé de 20 ans lors de ses premiers spectacles, s'est lancée dans le théâtre.
Ces jeunes ne voulaient pas faire n'importe quel spectacle. Ils voulaient faire rire... et ils réussissaient fort bien. Ils ont commencé par occulter la première lettre de rigolos.

Les sujets de préoccupations sont légions. Ils ont compris qu'il falllait rire en exploitant nos travers.

Leur manager, pris dans la tourmente des intermittents du spectale, a marqué, en 2003, une pause bien involontaire.

Puissions-nous, avec les Igolos, continuer d'encourager cette jeunesse pleine de charme et de bon sens!...



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  La scène de la Fon du loup.


Nous sommes au cĹ“ur du Périgord-noir. Les reliefs sylvestres carvois où les loups, depuis bien longtemps, n’effraient plus les braves autochtones de ces bucoliques "pechs", ont permis d’installer un décor théâtral où quelques 180 personnes peuvent venir, dans un saisissement envoûtant, assister à des pièces jouées par des professionnels conduits par Jean-Paul Ouvrard.
Inaugurée le 17 juin cette scène mériterait d’être beaucoup plus connue. Il faut, certes, savoir la trouver. Avec un peu de logique et de bonne volonté on y arrive aisément ; la scène est fléchée au départ du bourg.

Le petit prince.

Samedi 15 et dimanche 16 juillet 2006 le public, avec ravissement, a découvert "Le petit prince", dans une surprenante adaptation de Jean-Paul Ouvrard.
Le génie littéraire d’Antoine de Saint Exupéry, par le truchement de cette pièce, n’a pas pris une ride et demeure d’une pertinence bien contemporaine. Chacune et chacun ont pu prendre quelques 80 minutes de leçon d’humilité.
On pouvait remarquer, sur les gradins, Angélique et Bruno de Saint-Exupéry venus discrètement témoigner leur affection à leur prestigieux parent.
Les acteurs, Gauthier de la Touche, Jana Bojilova et Anthonin Stahly ont charmé le public. On aurait entendu, sous les frondaisons de la Fon du loup, chanter les cigales tant l’auditorium était séduit et transporté.

Les artistes, à la fin du spectacle, ont été largement et répétitivement rappelés avant de rejoindre leurs admirateurs à l’espace guinguette.

D’autres animations.

Les artistes avaient déjà brillamment innové en cédant leurs tréteaux pour une soirée Peter Brook au début du mois de juillet 2006.

_______________________________________________________________





Le samedi 29 juillet 2006 la scène de la Fon du loup accueillait "Interrogations" de Yoshi Dida.



_______________________________________________________________

Une heure transcendante au coin du bois.

Le bosquet de la Fon du loup n’est, assurément, pas habitué à servir de tribune de dissertation métaphysique et, ce samedi 29 août, pendant la bonne heure installant les ténèbres, l’habituel bruitage nocturne sylvestre a marqué un naturel point de césure pour écouter le questionnement du binôme de Yoshi Oïda -Dicter Trustedt.

Le mouvement, d’une profonde et grande humilité, nous plonge dans l’abysse de la sagesse orientale. Celle-ci ne manque pas de finesse intellectuelle.

La phrase finale, en nous ramenant quasiment à la question cruciale de départ, nous rappelle, si besoin était, combien nous devrions être sages !

Yoshi Oïda, habitué des plus grandes scènes, sur tous les continents, et son accompagnateur, dans ce décor scénique spartiate, ont illustré, là, -faut-il le préciser- une belle démonstration d’humilité.

______________________________________________________________

Nous reviendrons sous les frondaisons carvoises de la Fon du loup, où l’équipe Atelier Théâtre 24, pilotée par Jean-Paul Ouvrard, -il a, positivement, surpris avec sa superbe adaptation du « Petit prince »-, bouclera sa saison, en recevant « La Compagnia dell’Improvisso » le 12 août. Elle interprètera « Etre ou ne pas être » de Lucas Franceschi.

_______________________________________________________________

La saison de 2007 sera beaucoup plus riche au niveau calendaire.



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

RĂ©dacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gčre aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Creysse - Bergerac - La Force - St Capraise De Lalinde - Lanquais - St Pardoux Et Vielvic - St Germain De Belves - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Larzac - St Laurent La VallĂ©e - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Campagne - Cazoules - Savignac Les Ă©glises - Montferrand Du Perigord - St Avit Senieur - Le Buisson De Cadouin - Bouillac - Limeuil - Pezuls - Capdrot - Monpazier - St Cernin De L'Herm - Mazeyrolles - Besse - Loubejac - Prats Du PĂ©rigord - Villefranche Du Perigord - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur BaĂŻse - Castelmoron D'Albret - Agen - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Condezaygues - Sauveterre La Lemance - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Beaumont-en-Verdunois - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Administratif  
  Mardi 14/18 h.
Vendredi 9/12 h.
Au Bourg
24170 CARVES
05 53 30 25 81
Fax 05 53 30 25 81
E-Mail: mairie.carves@free.fr
Maryvonne CHAUMEL.
   
 
Auteur de la fiche "Carves" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Carves

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Carves
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Aquitaine > Dordogne > Carves (24170)
Nb d'habitants    113 
Superficie (hectares)    1013 
DensitĂ© (h/km²)    11 
Altitude (en mètres)    240 
Nom des habitants    Carvois