Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-męmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Le Treport
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
     
voir les photos     
  Le Tréport, cité balnéaire de Seine-maritime, aux confins de la Somme, ne manque pas de charme.

Son quartier des cordiers, son Eglise St Jacques, son quai François 1er, sa falaise, ses sites portuaires méritent bien une visite.

Notons que cette cité est la localité de la côte la plus proche de la capitale; 184 Km [Dieppe est à 198 Km de Paris].

_____________________________________________________________

Le Tréport a su diversifier son activité en misant sur le tourisme : station balnéaire dotée d’un camping municipal****, d’une aire de camping-cars, d’hôtels et restaurants de toutes catégories, permettent aux visiteurs de passer d’agréables séjours dans la cité. Destination à toute époque de l’année, on y vient surtout pour découvrir ou redécouvrir les nombreuses spécialités culinaires qui la caractérisent (plateaux de fruits de mer, choucroute de la mer, coquilles Saint-Jacques…), soit à l’occasion des fêtes gastronomiques (foire aux moules au printemps, harengade -fête du hareng- en novembre), soit à l’occasion d’un week-end ou de vacances estivales. Si l’envie vous dit, vous pourrez, avant de reprendre la route, visiter la poissonnerie municipale ou longer les quais afin d’y acheter poissons et crustacés de saison, pêchés à la marée.

La ville d’un peu plus de 6000 habitants, dispose aussi de nombreux services publics ce qui lui confère un rôle important au sein des Trois Villes SĹ“urs (Eu-Mers-Le Tréport). Ville à taille humaine, elle sait offrir à ses habitants de nombreuses infrastructures et services : garderies, centre maternel, centre de loisirs, salle des fêtes, salle de spectacles, équipements sportifs (stades, tennis couverts, boulodrome, terrain de bicross), bibliothèque, musée…




 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Le rivage de la Manche a donné "Ulterior Portus", site gallo-romain, servant de port maritime à Augusta. Eu, très légèrement en retrait de la côte, étant le port fluvial. Notons la forme picarde moyenâgeuse de Troisport qui n’a pas perduré. "Ulteris Portum" en 1059 [le port qui est au-delà] est adjoint, en 1053, sous l’impulsion de Robert ler, comte d'Eu, d'une abbaye bénédictine dédiée à saint Michel, et confiée à Sainte-Catherine de Rouen.
Une période florissante, postérieure au 12ème siècle, surgit dès qu’ Henri II, comte d'Eu, eut accordé liberté de commerce à tous les navires venant au Tréport et à Eu.
Les deux pôles améliorent leurs échanges, dès 1101, en détournant la branche principale de la Bresle, puis en construisant un canal entrepris, dès 1475, sous Charles d'Artois, comte d'Eu. Dévasté à plusieurs reprises du 14ème au 16ème par les Anglais puis, en 1562, par les protestants de Dieppe.
Il faut attendre le XIX ème pour voir apparaître la station balnéaire, à l’époque de Louis-Philippe. Ce monarque fit érigert la première villa où il reçut, par deux fois, la reine Victoria.
Les Prussiens prirent la cité désarmée en 1870 et l’occupation par la soldatesque du dictateur nazi contribua à une grosse destruction partielle de la ville basse.

Le Tréport a compté divers établissements cultuels qui, aujourd’hui, concourent uniquement à l'historicité de la localité. Citons l'abbaye de Saint-Michel, prieuré de Sainte-Croix, l’ hôpital Saint-Julien, la léproserie Saint-Nicolas et les Templiers.



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Le nom du Tréport est tiré du celte TRAEZ ou TREI et du latin PORTUS.

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  LES TROIS PORTS

C’est avec l’aménagement de ses quais par Napoléon Bonaparte, au 19ème siècle, que le Port du Tréport a pris son importance. A l’époque où la Seine-Maritime était encore Seine-Inférieure, les bâteaux de pêche arboraient l’écusson « seq inf ult portus » : port le plus éloigné de la Seine-Inférieure.

Station balnéaire classée depuis le 12 juillet 1960, Le Tréport vit au rythme de son port de pêche situé au cĹ“ur de la station, de la plaisance et de son port de commerce, ponctués par les cris des goélands argentés.

LES FALAISES.

Hautes de plus de 100m, les falaises de craie de la Côte d’Albâtre s’étendent sur 140 km. Leur recul, dû à l’érosion, est variable selon les secteurs, de 0.10 m à 0.20 m par an. Une fois tombés sur la plage, les silex contenus dans la craie sont brassés par les vagues et deviennent après plusieurs mois les galets, servant ainsi de rempart naturel au battement des vagues contre le pied des falaises. Les falaises Tréportaises ont la particularité d’être les plus hautes d’Europe.


LA PLAGE ET SON ESPLANADE.

800m de plage de galets où le sable apparaît à marée basse. Nombre de structures de loisirs sont proposées : terrain de volley, animations pour les enfants, locations de cabines de plage. Une surveillance est assurée tous les jours en juillet et août par le Service Départemental d’Incendie et de Secours.
Sur l’esplanade haute, une piscine en plein air est ouverte au public durant les mois d’été. Des cours d’aquagym et des leçons de natation y sont dispensés.
Le forum de la plage accueille des expositions d’artistes et des animations sont présentées sur sa scène extérieure en période estivale : guinguette, soirées à thème, bals…


_______________________________________________________________


La gare du Tréport-Mers



Ce bâtiment, de style classique, construit en 1872, pour les Chemins de fer du Nord, correspond, par sa disposition, aux grandes gares de passage de son réseau initial d’attache, avec ses deux pavillons aux angles. Il est utilisé en gare terminus de bout de ligne.


Les murs de ce bâtiment, à l´origine, n´étaient pas enduits, mais composés de briques apparentes, comme la plupart des constructions du Tréport.
Ses fenêtres plein cintre à la base, la toiture de ses pavillons d´angle de type Mansard avec lucarnes, confère à cette gare l´apparence d´une demeure bourgeoise, son horloge identifie le bâtiment en gare et rappelle le style bord de mer qui correspond à l´environnement de la cité adjacente de Mers.


Ainsi cette construction présentait le contraste des deux villes qu´elle desservait.



La ligne radiale Paris-Le Tréport a, hélas, perdu de son prestige. Elle présentait, jadis, l’avantage d’être l’itinéraire le plus court de la capitale à la mer.

Les nostalgiques de l’épopée de la vapeur gardent de cette ère un souvenir impérissable.





 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  Porte de la Normandie, au Nord de la Seine-Maritime, Le Tréport doit sa notoriété aux premiers bains de mer de la belle époque, aux trains de plaisir des premiers congés payés, à son site naturel mariant la mer et les plus hautes falaises d’Europe.

L’originalité de son patrimoine n’est pas également le moindre de ses attraits. Un funiculaire, par exemple, reliait la partie basse de la ville au quartier des Terrasses situé en haut des falaises. Abandonné pour des raisons liées au coût d’exploitation, il y a trente ans, sa remise en service est prévue pour l’été 2006. Ce qui permet ainsi à la Ville de poursuivre son développement en respectant son histoire et son identité.

Cité de la mer et du verre, la Ville du Tréport se caractérise aussi par une population composée pour l’essentiel d’employés et d’ouvriers. L’implantation industrielle y est très présente notamment avec la verrerie Saint-Gobain Desjonquères et l’entreprise Rexam.

Autant d’atouts qui permettent à la ville de se tourner résolument vers l’avenir en poursuivant une politique dynamique et solidaire.

Alain LONGUENT
Maire du Tréport.

_______________________________________________________________

Remercions vivement Alain Longuent, Aurélie Branlant, sa collaboratrice, pour leurs contributions mais, aussi, toutes celles et tous ceux qui, par leurs missions, souvent bénévoles et désintéressées, apportent à la vie locale de cette belle station une dimension aussi authentique.

P.F


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

RĂ©dacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gčre aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Bergerac - Creysse - La Force - Lanquais - St Capraise De Lalinde - Larzac - St Laurent La VallĂ©e - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - St Pardoux Et Vielvic - St Germain De Belves - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Campagne - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Cazoules - Savignac Les Ă©glises - St Avit Senieur - Montferrand Du Perigord - Le Buisson De Cadouin - Bouillac - Limeuil - Pezuls - Monpazier - Capdrot - Besse - Loubejac - Prats Du PĂ©rigord - Villefranche Du Perigord - St Cernin De L'Herm - Mazeyrolles - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur BaĂŻse - Castelmoron D'Albret - Agen - Condezaygues - Sauveterre La Lemance - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Beaumont-en-Verdunois - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
Auteur de la fiche "Le Treport" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Le Treport

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Le Treport
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Haute-Normandie > Seine-Maritime > Le Treport (76470)
Nb d'habitants    5893 
Superficie (hectares)    677 
DensitĂ© (h/km²)    870 
Altitude (en mètres)    de 0 à 100 m (en haut de la falaise). 
Nom des habitants    Tréportais (ses).