Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-mêmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Le Buisson De Cadouin
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
     
voir les photos     
  Le Buisson, jusqu'à la fin du siècle passé, se contentait d'être un pivot inerte; eu égard au tourisme. La pertinence de sa gare et la proximité des Eyzies, du Bugue, de Trémolat, de Cadouin et de Monpazier lui conféraient le droit de voir passer les globe-trotters.

Il ne restait au Buisson que le loisir de voir s'animer, lors de la période estivale, les berges de la Dordogne; son fleuve souverain.

Les heureux hasards des découvertes de grottes, à la fin du tout dernier siècle, sont venus relancer le dimensionnement de la cité en lui attribuant une noblesse incontestable.

Si la grotte de Cussac, "le Lascaux de la gravure", pour d'évidentes raisons de sauvegarde d'un patrimoine inestimable, reste dans le domaine réservé des hommes de science il n'en va pas de même pour la grotte de Maxange.

Invitez-vous sur la toile à découvrir ces deux sites superbes et votre émerveillement vous amènera, probablement, à venir, à pied d'oeuvre, au Buisson.





 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Le village du Buisson n'a pas encore deux siècles d'histoire. Il surgit avec l'arrivée du chemin de fer qui arrive sous le Second Empire et fonctionne depuis 1863.

En 1893 Le Buisson supplante Cabans; charmant village agricole niché autour de son église et de son cimetière au bord de la Dordogne.

On peut, à titre rétrospectif, noter que la commune de Cabans avait absorbé, aux accents révolutionnaires de 1794, Sales-de-Cadouin et La Salvetat.


Le noeud ferroviaire du Buisson s'est imposé par défaut. Le village voisin de Siorac, ou plus exactement, sa tête, n'en voulait pas.

Le Buisson déborde sur les communes voisines et annexe, le 12.08.1960, Cussac, puis, le 01.01.1974, Cadouin, Paleyrac et Urval. Urval, le 15.02.1989, recouvre son indépendance.

Ces modifications territoriales permettent au Buisson de revendiquer 22000 ans d'histoire, d'enchâsser la grotte de Cussac, découverte le 30 septembre 2000, par Marc Delluc, et de compter dans son périmètre le site abbatial de Cadouin.









 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Le Buisson, à 1 km de la Dordogne, noue les R.D n° 25 et 29 puis accoste la R.D n ° 51 au Pont de Vic.

Depuis 1970 il se parle de tracer une voie routière performante reliant les Périgord(s) noir et pourpre. Les chantres de l'impuissance, la multiplication des instances décisionnelles, les inévitables divergences entre les décideurs, les extraordinaires atouts des opposants à tous les chantiers ont fait que, pour bien des décennies encore, il n'y aura qu'un segment --Le Buisson-St Cyprien-- d'opérationnel.

La gare de bifurcation, aujourd'hui, voit son rôle limité à la circulation des T.E.R et à la réviviscence d'une activité frét grâce au trafic du bois.

Le mamelon de Bouillaguet, à l'ouest du village, marque, du haut de ses 186 m, le dernier relief du massif forestier de la Bessède.







 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Personnages célèbres 
     
     
  Jeanne Meyssonnier-Vigier.

Cette fille de modestes agriculteurs nait au buisson en 1901 et elle fréquentera l'école communale du village.

Elle épouse, en premier mariage, en 1922, M. Laval. Le couple se défait quatre ans plus tard. En 1929 elle se remarie avec Alphonse Vigier.

Cette buissonnaise, hors du commun, représente son département au congrès du P.C, à Arles, en 1938.

Elle rejoint, dès la première heure, les rangs de la Résistance où elle se sent très proche d'un personnage fort populaire, Lucien Dutard, qui par la suite, siègera, à plusieurs reprises, au Palais Bourbon.

Jeanne Meyssonnier-Vigier, conseillère municipale du Buisson, à la Libération, sera, par ailleurs, élue au Conseil de la République (assemblée qui remplace, provisoirement, le Sénat) et fut, pour le vingtième siècle, la seule femme a porter les couleurs du département de la Dordogne au Palais du Luxembourg.

Jeanne Meyssonnier-Vigier nous a quittés en 1991.


Louis Delluc.

Comment peut-on, d'un mot, qualifier Louis Delluc? Pour "faire court" je dirais qu'il fut l'"éveilleur" du cinéma français.

Son oeuvre saisissante, à deux pas de l'oubli, interpelle. Il naquit à Cadouin, en 1890, la même année que le fondateur de la Vème République, mais il rejoint Paris, en pleine adolscence, en 1903. Son cursus scolaire se concrétise dans les prestigieux établissements de Charlemagne et de Henri IV mais, après avoir s'être préparé pour Normale supérieure, il se tourne vers le journalisme. Il s'épanche sur les spectacles, la poésie, les romans.

Une interprète de Paul Claudel le séduit quand le monde se déchire. Eve devient son épouse en 1918. Notons que Louis Delluc, malgré son volontariat, est un des rares exemptés de front, au début du conflit, pour cause de réforme. Il participera, néanmoins, de loin, aux dernières années de cette tragédie, à Aurillac.

Progressiste Louis Delluc fut, pendant les périodes troublées, une des fines plumes du "Bonnet rouge".

Cet adepte du cinéma américain, depuis 1916, marque -et comment- le cinéma français avec, entre autres "La femme de nulle part" et "Fièvre". Son dernier film "Inondation", tourné dans le Sillon rhodanien, le rend malade. Une phtisie galopante nous arrache, en 1924, à 34 ans, ce monument du cinéma.


Le Buisson lui rend hommage en nommant sa moderne salle de cinéma Louis Delluc.






 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

Rédacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gère aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Bergerac - Creysse - La Force - St Capraise De Lalinde - Lanquais - St Germain De Belves - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Larzac - St Laurent La Vallée - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - St Pardoux Et Vielvic - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Campagne - Cazoules - Savignac Les églises - Montferrand Du Perigord - St Avit Senieur - Bouillac - Le Buisson De Cadouin - Limeuil - Pezuls - Capdrot - Monpazier - Mazeyrolles - Besse - Loubejac - Prats Du Périgord - Villefranche Du Perigord - St Cernin De L'Herm - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur Baïse - Castelmoron D'Albret - Agen - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Condezaygues - Sauveterre La Lemance - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Beaumont-en-Verdunois - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Adresses utiles  
  http://www.pays-de-bergerac.co
   
 

  Education  
  Nombre d'écoles primaires : 1
Nombre d'école maternelle : 1
   
 

  Administratif  
  - lundi 14/17 h.
- du mardi au vendredi 9/17h.
- samedi 9/12 h.

rue François Meulet
24480 Le BUISSON.

E-Mail: mairie-le-buisson@wanadoo.fr
05 53 22 00 41
Françoise WOLTERS.
   
 
Auteur de la fiche "Le Buisson De Cadouin" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Le Buisson De Cadouin

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Le Buisson De Cadouin
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Aquitaine > Dordogne > Le Buisson De Cadouin (24480)
Nb d'habitants    2115 
Superficie (hectares)    5037 
Densité (h/km²)    42 
Altitude (en mètres)    64 
Nom des habitants    Buissonnais. 
Nombre d'écoles primaires   
Nombre d'école maternelle