Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-mêmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Valence Sur Baïse
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Histoire 
     
voir les photos     
  Rappelons les principes fonctionnels des cités médiévales. On trouve des villes franches, qui jouissaient de privilèges fiscaux, des villes neuves, bâties pour une logistique militaire, des castrums, bourgs blottis au pied de leur forteresse, et des bastides dont l'architecture, souvent, s'appuie sur la symétrie et la rigueur de l'angle droit. Les années passant, souvent, un compromis pragmatique se dégage de "l'assignation" conçue pour ces diverses cités.

Découvrons, en venant du sud, Valence, érigée en 1274, par un contrat de paréage, sur décision de Géraud V, Comte d'Armagnac, et de l'abbé de Flaran. La bastide domine, de son éperon calcaire, la Baïse. Il ne reste que des vestiges de ses défenses moyenâgeuses mais on saisit toujours le périmètre de ses remparts et, seule survivante des quatre en place jadis, la porte d'Espagne, dite de l'Hérisson, hélas réduite de sa tour carrée, nous donne une idée du décor de la ville médiévale. Ces portes, lieu de défense, servaient, aussi, de point de péage; en particulier pour le négoce.

Pour la "petite histoire" rappelons que Valence, feudataire de la Maison de France, en mai 1580, subit l'envahissement huguenot de la soldatesque du capitaine Rison. Ce dernier bénéficia de la forfaiture d'une "gente" dame et d'un complice.

Le propre des bastides se caractérise par un marché couvert, un grenier à dîmes, un édifice cultuel, une relative égalité des demeures, souvent assorties de jardinets, donnant sur des "carreyrous", des ruelles en français, et sur une adaptation d'un raffinement méthodologique sans appel du relief. Les bastides, notamment pendant les périodes agitées, pouvaient pratiquement vivre en autarcie. Le poids économique de ces dernières était considérable et, dans une certaine mesure, établissait un contrepoids au pouvoir central.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Parler de Valence-sur-Baïse sans citer l'abbaye de Flaran serait aussi inconvenant que d'ignorer les arènes à Arles !

Fondée, en 1151, cet ensemble cistercien, souvent interpellé par les atermoiements de l'histoire, plusieurs fois remanié, depuis 1972 enchâssé dans le patrimoine départemental, apparaît comme un des mieux préservés du sud-ouest de l'Hexagone.

De nos jours cette abbaye permet au département de favoriser son rayonnement culturel.

Vous pouvez découvrir de superbes images de cette abbaye, dont celle ci-dessus, à gauche, en vignette, en parcourant le site des Editions Gaud.
www.editionsgaud.com



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Invitons-nous en Gascogne, plus particulièrement en Armagnac, autre province chargée d'histoire que le prestigieux, un rien légendaire, personnage de d'Artagnan popularisa grâce au roman de Théophile Gautier. Le Gers ne manque pas de charme et les noms de ses communes attestent un rayonnement hors du commun. On trouve, nichées dans ses reliefs, des cités qui prennent soit le nom d'une province, avec Bretagne d'Armagnac, ou de villes diverses rencontrées ailleurs, dans l'Hexagone, telles Bellegarde, Beaucaire ou l'Isle Jourdain ou, plus saisissant encore, de cités étrangères, Barcelone, ou Montréal [l'usage leur a adjoint du Gers], Cologne, Mirande et Pavie. Une petite dérive de Florence donne Fleurance et enfin Valence, cité chef-lieu de Canton de 1147 habitants, donnée 7524ème ex/equo de l'Hexagone, qui se complète du nom de la Baïse; une de ses rivières. L'Auloue, vassale de cette dernière, rejoint sa souveraine à une portée d'arquebuse en aval de la bastide. L'entité de 2760 hectares peut se réjouir de comptabiliser un nombre de chômeurs inférieur de 2,4 % à la moyenne nationale mais, néanmoins, déplore un revenu moyen, par ménage, seulement de 15506 € par an; soit 4857 € de moins que la moyenne.

Valence, à 8 km de Condom, son chef lieu d'arrondissement, cité de résonance agricole, dans ce bassin transverse, dit de la Ténarèze, où la polyculture s'impose avec l'élevage, les céréales -maïs, blé et tournesol- et complète utilement le vignoble, ouvre, par ailleurs, dans cette belle vallée, un impressionnant livre d'histoire. Avant de parler de son passé attardons-nous, un peu, sur son présent. L'armagnac, délicieux digestif, à user avec discernement, sert beaucoup, de nos jours, pour l'élaboration de repas gastronomiques. Il devient un apéritif apprécié, avec un ajout de jus de raisin, appelé Floc de Gascogne. Le pays produit des ingrédients pour des mets fins tels le confit ou le foie gras. Les fermes du XXIème seront plus souvent des escales de gourmets, ou de touristes, que des sites tournés exclusivement sur le labeur agraire.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  Le mot du maire.

[janvier 2005].

Si Valence est une bastide qui permet aux touristes de passer des moments agréables, Valence est avant tout une commune rurale de la Ténarèze gersoise axée sur l’agriculture (viticulture, polyculture et élevage).

L’évolution du monde rural avec la disparition de nombreuses exploitations, conséquence de la politique agricole commune, fait que Valence a opté vers d’autres orientations.

Afin d’embellir son village et de répondre à l’attente d’entreprises importantes, la Municipalité de Valence a créé, il y a quelques années, une zone industrielle au nord de la commune.

Pour répondre aux entreprises existantes, créatrice d’emplois (première entreprise de machines à vendanger au Monde), et la venue de nouvelle entreprises, le Conseil municipal s’est donné les moyens d’agrandir cette zone industrielle.

Valence regarde vers l’avenir et pour permettre aux jeunes couples de travailler, nous venons, avec l’aide des collectivités territoriales d’acquérir les anciens bâtiments Touja, d’où naîtra, dès avril 2005, le nouveau Centre de Loisirs.

Valence a aussi répondu à une demande quotidienne de logements en créant en partenariat avec les H.L.M, 15 logements sociaux, disponibles dès juin 2005, et réservés en priorité aux jeunes couples souhaitant vivre dans notre cité.

Un centre de loisirs, des logements sociaux, un centre d’hébergement de haut niveau, un gîte d’étape, ainsi que l’ensemble des commerces fait que Valence est serein pour l’avenir, malgré les difficultés qui se font jour tous les jours pour gérer les communes rurales.

La Municipalité [et son Maire, Paul Capéran] remercie Xavier Cailly et Pierre Fabre de lui permettre d’être visitée sur leur site ô combien plaisant.

Paul Capéran






 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

Rédacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gère aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Bergerac - Creysse - La Force - Lanquais - St Capraise De Lalinde - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - St Pardoux Et Vielvic - St Germain De Belves - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Larzac - St Laurent La Vallée - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Campagne - Cazoules - Savignac Les églises - Montferrand Du Perigord - St Avit Senieur - Le Buisson De Cadouin - Bouillac - Limeuil - Pezuls - Monpazier - Capdrot - Besse - Loubejac - Prats Du Périgord - Villefranche Du Perigord - St Cernin De L'Herm - Mazeyrolles - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur Baïse - Castelmoron D'Albret - Agen - Sauveterre La Lemance - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Condezaygues - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Beaumont-en-Verdunois - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
Auteur de la fiche "Valence Sur Baïse" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Valence Sur Baïse

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Valence Sur Baïse
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Midi-Pyrénées > Gers > Valence Sur Baïse (32310)
Nb d'habitants    1169 
Superficie (hectares)    2760 
Densité (h/km²)    42 
Altitude (en mètres)    110 
Nom des habitants    Valenciens et valenciennes.