Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-męmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Sezanne
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Actualité 
     
voir les photos     
  MISES A JOUR
19/04/11 : Actualité et photo
12/07/11 : Photos (travaux)
15/07/11 : "Divers" (population)

PLACE DE LA REPUBLIQUE
D'abord cĹ“ur du centre fortifié, la place de la République est devenue le centre commerçant. Elle est baptisée ainsi depuis le 16 septembre 1891, jour de son inauguration le Président de la République Marie-François-Sadi Carnot.
Au début du XXe siècle, la place de la République est le reflet du dynamisme de la cité des mails. À l'époque, il n'y a ni banques, ni agences d'assurances et peu de services. Ce sont les cafés, quincailleries, pharmacies, tailleurs qui bordent la place et les rues environnantes. La place est pavée. Avec sa fontaine, en bas de la rue de la rue de la Halle, sa physionomie n'a pas beaucoup changé depuis.

ORDURES A CHEVAL
C'est désormais une voiture hippomobile tirée par deux chevaux qui est utlisée pour le ramassage des déchets reyclables, en sacs jaunes, dans certains quartiers de Sézanne.
L'expérience aura lieu jusqu'à la fin de cette année. Après, on verra ...

SEZANNE EN TROIS DIMENSIONS
Amis cinéphiles, la "3D" est arrivée au cinéma "Le Sez'Art" depuis le 20 avril.

ATTENTION : TRAVAUX !
C'est parti : les rues Notre-Dame, Paul Doumer et Bouvier-Sassot font l'objet d'importants travaux qui devraient durer jusqu'à la fin de cette année : changement des canalisations de gaz et d'eau, remplacement et effacement du réseau électrique et d'éclairage, réferction de la voirie (avec ralentisseurs) et des trottoirs ...
Quel programme ! Et bien des changements d'habitudes pour les mois à venir ... (voir photo)
Il est à signaler que tous les commerces de ces rues restent ouvert : ne les oubliez pas.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Tourisme 
Sézanne : un soleil en Champagne !
     
     
  La ville est trop riche d’innombrables trésors pour qu’il puisse en être fait, ici, un inventaire exhaustif et détaillé. Il n’en sera donc donné qu’un petit aperçu, à charge pour le touriste, proche ou lointain, de se documenter auprès de l’office de tourisme, au pied de l’église.

On ne passe pas à Sézanne, on y séjourne pour pouvoir tout apprécier !

Ville médiévale. Remparts. Eglise Saint-Denis (voir "lieux de culte"). Maisons anciennes. Maison (Monument historique) 3 place du Champ-Benoist. Cadran solaire 18ème. Restes du château de la famille d'Orléans aujourd'hui salle communale du Prétoire. Hôpital : ancien couvent des Récollets 17ème, cloître. Château des Grandes Tuileries. Puits Doré du 16ème (Monument historique), devant le portail ouest de l'église. Marché couvert à ossature métallique (IMH). Rues pittoresques et ruelles étroites : rue des Infirmes (plus petite rue sézannaise), ruelle du Collège (une des plus longues), ruelle de la Queue du Renard, ruelle aux Chats (avec les ruines du moulin Saint-Julien, cour Bichot, mail de Marseille, rue Cogne Fort …

Les MAILS de Sézanne, promenades autrefois consacrées au jeu de maillet (maillet > mail), font le charme de cette ville. Certains doivent leur nom au nom des régiments de Napoléon qui y ont stationné pendant la Campagne de France. Il y a les mails qui traversent la ville et ceux qui la contournent un peu. Empruntant le site des anciens remparts de la ville, ils sont tous à découvrir !

Place la République, le fleuriste occupe la maison natale de Sainte Léonie Aviat, en religion «Mère Françoise de Sales», née le 16 septembre 1844, fondatrice, à Troyes, des SĹ“urs oblates de Saint-François de Sales, canonisée à Rome le 25 novembre 2001 par S.S. Jean-Paul II.

LA HALLE, place du Marché du Docteur Huguier : la halle qui existait initialement à cet endroit a été détruite par le gigantesque incendie de 1632 (Voir rubrique "Histoire du village"). Elle a été remplacée par une halle en bois, sans murs extérieurs, elle-même détruite vers 1890 et remplacée par la halle actuelle de structure métallique. Elle a été restaurée en 1988 et est désormais inscrite à l’inventaire complémentaire des Monuments historiques.
- - - - - -
RESTAURATION :
A Sézanne toutes les adresses sont bonnes, de la restauration rapide à la cuisine de chefs réputés en passant par la pizzeria, le kebab et autre crêperie ... Il y en a pour tous les goûts et tous les budgets !
- - - - - -
VOUS VOYEZ BIEN QU'IL FAUT SEJOURNER A SEZANNE TELLEMENT IL Y A DE CHOSES A VOIR ET A APPRECIER !
ATTENTION : le centre ville étant en «zone bleue», il est prudent de se munir d’un disque de stationnement ou bien de stationner sur la place du Champ Benoist (c'est-à-dire « place du Champ Bénit ») où la durée du stationnement est libre.
- - - - - - -
Sézanne dispose d’un AERODROME présentant une piste de 950x50 m (Contacter l’aéroclub) : Altitude : 354 ft 12 hpa - Latitude : 48.42.38 N - Longitude : 003.45.51 E
- - - - - - - -
CAMPING municipal** (03 26 80 57 00)
Le camping de Sézanne, 79 emplacements, très bien équipé (électricité sur certains emplacements, sanitaires avec eau chaude à volonté, espaces aménagés, locaux sanitaires, piscine ouverte chauffée avec toboggan, parcours de santé et de découverte de la flore à proximité …), est situé sur la route de Launat, à une quinzaine de minutes à pieds du centre ville. Ouvert du 1er avril au 30 septembre.

JUMELAGES :
La ville de Sézanne s’enorgueillit d’un des plus anciens jumelages de la région avec une ville de Grande-Bretagne. C’est en effet les 6 et 7 septembre 1958 que les communes de Mondement et de Sézanne ont scellés leurs liens de jumelage avec la ville de HOLBEACH, dans le Lincolnshire, sous l’égide du Conseil des Communes d’Europe
Le jumelage de la ville de Sézanne avec la ville allemande de MALSCH a été célébré le 21 mai 1967 dans le cadre du jumelage de la Marne et du Nordbaden.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  >> De César à nos jours, l’histoire de Sézanne, bourg paisible de la Brie champenoise, est tellement riche qu’il serait présomptueux de vouloir la résumer ici. Il n’en sera donc donné que les grandes lignes. Pour plus d’informations il est conseillé de se reporter aux excellents sites Internet rappelés tout à la fin de cette fiche à la rubrique «Adresses».

Atelier néolithique.
Habitat gallo-romain des Grands Moignants.
Bourg gallo-romain détruit par les invasions barbares du 3ème au 5ème. Sézanne était à la fin 6ème la propriété du comte de Meaux qui y construisit un château.

Un prieuré clunisien y fut fondé en 1085, il reçut l'église paroissiale qui, devenue trop petite pour contenir à la fois les moines et les paroissiens, fut prolongée par une nef, subsistant seule aujourd'hui ; celle-ci communiquait avec la partie ancienne, réservée aux moines par des portes, source inépuisable de dissensions.
- - - - - - - - - -
Vers la fin du XIe siècle, Sézanne était gouvernée par Hugues Bardolphe, ou Barthélémy, seigneur de la baronnie de Broyes et constituait l’un des plus beau fiefs de Champagne et avait le titre de comté.

Au XIIe siècle, le prieuré Saint-Julien de Sézanne perçoit diverses dîmes à Anglure.
- - - - - - - - - -
En 1164, Henri Ier, comte de Champagne et de Brie, fonde l’hôpital-hospice de Sézanne. Pendant la Grande Guerre, cet hôpital est utilisé comme hôpital militaire. Aujourd’hui (2007), il accueille une antenne permanente du S.M.U.R. d’Epernay.

A l’époque de la Ligue, Sézanne prend le parti de Henri IV qui la visite en 1592.

Le 20 mai 1632, la ville de Sézanne est une nouvelle fois ravagée par un gigantesque incendie que les vignerons du faubourg de Broyes tentent vainement d’éteindre avec leur propre vin et qui détruit plus de 1 200 maisons. Louis XIII exempte alors la ville d’impôts pendant quatre ans et autorise les Sézannais à se pourvoir en bois dans la forêt royale de la Traconne pour hâter la reconstruction de la ville.

Louis XIV et la reine Marie-Thérèse séjournent à Sézanne du 10 février au 17 février 1678. Ils y entendent la messe et la reine y communie.

Le 31 août 1725, Marie Leczinska, toute jeune reine de France, est reçue à Sézanne. Cette visite donne lieu à de grandioses réjouissances qui coûtent très cher à la population.

Dans le courant des années 1791 et 1792, la municipalité fait achever la destruction des remparts et portes de Sézanne. Il en reste quelques vestiges : école Saint-Denis, Prétoire, mail des Religieuses et mail du Mont Blanc.

Napoléon, à la tête d’une armée de 15 000 hommes venant de la vallée de la Seine, séjourne à Sézanne, dans une maison voisine de la Caisse d’Epargne, place du Champ Benoist, dans la nuit du 9 au 10 février 1814.

Les 15 et 16 septembre 1912 a lieu, dans toute la ville, une fête grandiose à l’occasion de l’inauguration des «Eaux de Verdey» (village voisin) qui viennent se substituer aux nombreux puits et qui sont encore utilisés jusque vers 1990/1995 pour alimenter la ville en eau potable. Bon nombre de ces puits sont encore visibles au hasard des rues, notamment le «puits Doré», devant l’église.
- - - - - - - - -
Jusque dans la moitié du XXe siècle, l'activité économique de Sézanne est variée : carrières de travertin (roche sédimentaire calcaire, de couleur blanche ou jaunâtre, généralement utilisée comme pierre ornementale), vignobles, coutellerie, fabrique de verres d'optique, fonderie de cuivre ...

Aujourd'hui, l'activité économique de Sézanne est soutenue par une zone industrielle assez active dont les transports sont actuellement assurés par la route alors qu’autrefois la gare S.N.C.F. de Sézanne connaissait une belle activité passagers et une très forte activité de fret. D'ailleurs, elle était dotée d'un très grand quai d'embarquement du fret auquel on accédait par la "Rue du Quai d'embarquement" (en impasse).


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  L'origine du nom de la ville de Sézanne varie suivant les auteurs :

* Pour certains, le nom de SEZANNE viendrait de l'expression "civitus vel sita sanna, serra sana", c'est à dire "ville, site sain ou montagne saine".
* Pour d'anciens écrivains, le nom viendrait de "Sesanna, Sezannia ou Sedannia"
* Pour d'autres encore, il viendrait de "Céanne ou Ceanna".

Joël M…, un internaute, me fait remarquer que de « Sezana » en 937 à « Sézanne » en 1789, la ville aurait changé vingt-six fois de nom ! J’avoue n’avoir pas fait le compte mais, par contre, c'est exact et je n’ai pas voulu vous infliger la litanie de ces noms. Un jour, peut-être …

Avant 1801, le nom de la ville de Sézanne avait un "s" final.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Sézanne, dans le passé, était partagé en deux paroisses, Notre-Dame et Saint Denis, ayant chacune église et annexes. Aujourd’hui, Sézanne fait partie de la paroisse du Sézannais placée sous le vocable de Sainte-Léonie-Aviat.

L'activité religieuse a été intense à Sézanne si l'on en croit le nombre d'églises et de communautés religieuses que l'on y comptait.

Jusqu'aux lois des 4 août et 2 novembre 1789, Sézanne comprenait plusieurs églises : Notre-Dame (démolie et presbytère vendu), Saint-Hubert (remplacée par des habitations), Saint-Pierre (détruite), l'église de la collégiale dite Saint-Nicolas (vendue et détruite, l'espace qu'elle occupait est venu agrandir le Champ Benoist), l'église probablement en bois des moines bénédictins dite de Saint-Julien (à côté de l’église Saint-Denis, remplacée par des commerces, a servi d'hôtel de ville et de gendarmerie), l'église du couvent des Cordeliers (datant de 1224, vendue et démolie), le couvent des Récollets (acquis par l'hospice civil, actuel hôpital), bâtiments et chapelle de l'abbaye des religieuses bénédictines (convertis en tannerie) ...

Il ne reste plus que l'église Saint Denis, des XVe et XVIe siècles, autrefois accolée à l'église Saint-Julien. Après plusieurs années de restauration, l'église est de nouveaux en service. Pendant l'indisponibilité de l'église, le service religieux était assuré dans la chapelle de l'hôpital.

Jean-Pierre RAVAUX, Conservateur des Musées de Châlons-en-Champagne, décrit l’église de Sézanne : «L’église Saint Denis de Sézanne est la nef d’un édifice plus vaste, dont le chĹ“ur servait aux offices des moines d’un prieuré clunisien dont le vocable était Saint-Julien. Les Sézannais reconstruisirent leur nef, à partir de 1520 environ. Le vaisseau central est couvert de voûtes dont les nervures nombreuses se coupent et se recoupent pour dessiner des figures géométriques complexes. Il est abondamment éclairé par de grandes baies dont les réseaux aux formes molles sont de l’époque Renaissance. Les collatéraux sont accompagnés de chapelles. La première travée de celui du sud porte une tour achevée en 1582. Dans les voussures du portail latéral sud se trouvent des épisodes de la vie du Saint patron de la paroisse : Saint Denis, évêque de Paris.

Vitraux du milieu du XVIe siècle. Orgues du XVIIe siècle [démonté pendant restauration de l’église et non encore réinstallé] . Maître-autel du XVIIIe siècle surmonté d’une fresque représentant la Transfiguration, peinte en 1740 par Carpentier, de Troyes.».

Si l’intérieur de cette église mérite une longue visite, l’extérieur mérite aussi toute votre attention. Parmi les beautés et curiosités de cet édifice, la gargouille située à droite du porche, côté place du Puits Doré. Regardez bien, agenouillée sur le mur, cette gargouille semble tenir une tour dans sa main droite et elle tient, en main gauche … l’église Saint-Denis !


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Au sud-ouest du département de la Marne, gros bourg de la Brie champenoise, Sézanne, dans la quiétude de son charme provincial, regarde, au nord, les coteaux sézannais, tapissés de vignes et couronnés de bois, au sud, l’immense plaine champenoise.

Les vignerons de Sézanne affirment que les premiers plants de cépage chardonnay qui ont été plantés dans les environs auraient été ramenés de Syrie par les Croisés de Saint Louis. Les côteaux sézannais, ou « côte de Sézanne », sont probablement la région la plus nouvelle et injustement la moins connue de l’appellation Champagne. De par sa situation assez méridionale, elle donne des vins amples et riches essentiellement constitués de Chardonnay.

Autrefois les routes royales numéros 34 et 51 se croisaient à Sézanne, en faisant ainsi un centre d'activité assez conséquent. Aujourd'hui, la route nationale 4, au trafic très dense, contourne la ville par le nord.

La ville de Sézanne est traversée par le "Ruisseau des Auges", dérivation du Grand Morin réalisée par les moines au XIIe siècle, qui alimentait naguère diverses industries et moulins. Ce curieux ruisseau, dont le lit a été aménagé, coule tantôt à l'air libre, tantôt couvert, dans des "auges", autrefois en bois, pour alimenter des usines, un lavoir (dans le quartier de Broyes) avant de s'en aller vers Chichey où il faisait tourner un moulin joliment mis en valeur en bordure de route, pour, finalement, se jeter dans la Superbe au sud de Pleurs.

Le sol sézannais est riche d’importants gisements de terre argileuse particulièrement adaptée à la fabrication de poteries de terre. C’est ce qui explique la découverte de pièces de poteries de l’époque gallo-romaine sur le site de la ville et l’existence, jusqu’au début du XXe siècle, à Sézanne et dans les environs, de nombreuses tuileries et briqueteries. Dérivée de la poterie, la porcelaine a eu ses heures de gloires à Sézanne, de 1850 à 1900.

On signale, vers 1680, l’existence d’une manufacture de produits textiles à Sézanne. On y travaillait, en les mélangeant, le chanvre récolté dans les nombreuses chenevières de la région ainsi que la laine produites par les troupeaux des environs. En 1778 il fut même créé une filature de coton, « atelier de charité » destiné à fournir du travail aux indigents (mendiants et travailleurs des champs). La filature a cessé son activité à la Révolution.

Les tanneries, corroieries et mégisseries semblent avoir vu le jour à Sézanne au cours du XVIe siècle. Au début du XVIIIe siècle on en comptait 18.

En 1884, un industriel parisien a installé à Sézanne une fabrique de … boutons en bois durci. Rapidement la fabrication s’est étendue à des « produits dérivés » à caractère plus artistique. Après avoir employé une quarantaine d’ouvriers, l’entreprise n’a pas survécu au décès de son propriétaire, successeur de son fondateur, ni à l’incendie qui l’a ravagée en 1926.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Personnages célčbres 
     
     
  Citer tous les personnages illustres nés, ou ayant vécu ou séjourné (Napoléon) à Sézanne serait, ici, chose laborieuse. Citons-en quelques-uns sans vouloir offenser la mémoire des autres.

AUBOIN de Sézanne, né à Sézanne à la fin du XIIe siècle, était un poète-chansonnier familier de la cour de la comtesse de Brie, Blanche de Navarre, épouse du comte Thibault III de Champagne.


Le citoyen CHANTIER, ami de Marat, est le seul Sézannais guillotiné à Paris.

Bon, d'accord, il est né en 1772 à Broyes, à quelques kilomètres à l'est de Sézanne ! Et alors, le baron Louis Ferdinand HARLET, est tout de même mort à Sézanne en 1853. Vous savez, ce baron HARLET, celui qui, au grade de général, à la tête du 4ème Grenadiers (qui ne comptait qu'un seul bataillon), participa, en juin 1815, à la fameuse Bataille de Waterloo. Oui, celle dont aucune rue de France porte le nom. Et pour cause … Le nom du baron HARLET figure sur le côté ouest de l’Arc de Triomphe de Paris.

Sézanne est la ville natale de Sainte Léonie AVIAT, en religion «Mère Françoise de Sales», née le 16 septembre 1844. Voir la rubrique "Tourisme"

Marie LECZINSKA, allant à Fontainebleau pour son mariage avec Louis XV, fait, le 31 août 1725 une halte à Sézanne. Elle séjourne une nuit dans la maison actuellement occupée par un office notarial rue de la Juiverie. Le séjour sézannais de Marie Leczinska est l’occasion de travaux fort onéreux et de réjouissances grandioses.

Emile Louis GASTEBOIS
Dessinateur-lithographe sézannais, Emile Louis Gastebois est né le 12 janvier 1853 dans une famille de vignerons cultivateurs. Entré à l’atelier de lithographie Barbat, à Châlons-sur-Marne, en 1870, il obtient, le 26 août 1873, la médaille de Bronze de la Société Académique pour ses dessins archéologiques de la collection Morel. Parmi ses Ĺ“uvres : « Album des cimetières de la Marne (1875) , « Le Gault et ses hameaux (1879) … Il décède à son domicile parisien le 2 juin 1882.

le Docteur HUGUIER, chirurgien né à Sézanne et mort à Paris en 1890, fit un leg de 500 000 francs à la ville de Sézanne. Ce leg permit à la ville, en 1892, de faire démolir l’ancienne halle, en bois et tuiles, pour la remplacer par l’édifice actuel de structure métallique de « style Baltard ». D’où le nom de Place du Marché du Docteur Huguier.

Emile AMET, élu aux élections municipales de 1890, refusa toujours d’être maire malgré les nombreuses sollicitations. « Il me suffit, disait-il, d’être conseiller ». Pour autant, c’était un homme d’action averti, lettré et particulièrement efficace. Il est à l’origine de l’Union des Caisses d’Epargne du Nord et de l’Est. Il fut aussi le principal fondateur de l’hôpital auxiliaire qui, pendant la guerre, accueillit des centaines de blessés. Membre de la Société des Gens de Lettres, il est l’auteur de nombreux ouvrages très sérieux dont, parfois le titre ne manque pas d’humour « Pour lire en dormant ».

Et d’autres encore …


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Vie locale 
     
     
  Deux marchés à Sézanne, presque trois.
En effet, il y a un marché chaque mercredi matin sur la Place du Marché, près de l'ancien marché couvert, et un marché "alimentaire" tous les samedis matin, Place du Champ Benoist, remplacé l'après-midi par un marché "bazar".


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Fętes et manifestations 
     
     
  La ville de Sézanne est très animée tout au long de l'année et plus particulièrement avant les fêtes de fin d'année.

Lorsque les fêtes arrivent, la ville se pare de ses plus beaux atours et propose pendant au moins une quinzaine de jours des animations quasi quotidiennes (expositions, spectacles, concerts ...) le plus souvent gratuites ou bien à des prix très modiques. Il faut avoir visité Sézanne, quelques jours avant Noël, avec l'association des randonneurs et, à l'arrivée, avoir partagé vin chaud et marrons grillés pour vivre l'âme de Sézanne : chaleur et convivialité !


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Associations 
     
     
  CROIX-ROUGE FRANCAISE
La Croix-Rouge Française est l'une des très nombreuses associations sézannaises qui animent la ville chacune dans leur domaine.
Pour ce qui la concerne, la Croix-Rouge française développe une action sociale et une action secouriste (formation aux premiers secours et organisation de dispositifs de secours).


LES RANDONNEURS DU SEZANNAIS
Président : Gilbert Hugo (03 26 81 46 72)

SEZANNIA
Mémoire sézannaise
Président : François Gaspar (03 26 80 56 20)

SEZANNE RETRO-MOBILE
Voitures anciennes et de collection
Président : Alain Legrand (03 26 80 56 37)

Si vous voulez présenter votre association sur ce site, adressez moi vos infos (voir en bas de page, ou bien picton51@hotmail.fr). A bientôt !


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  POPULATION
En 1794 : 4165 habitants (disposant de six églises !)
En 1820 : 3625 habitants
En 1846 : 4569 habitants
En 1901 : 4575 habitants
En 1926 : 5158 habitants
En 1962 : 5300 habitants
En 1968 : 5727 habitants
En 1975 : 6201 habitants
En 1982 : 8048 habitants
En 1990 : 5829 habitants
En 1999 : 5588 habitants (soit une densité de 245 habitants/Km²)
En 2007 : 5741 habitants
En 2008 : 5187 habitants (quelle chute ! ?)

HOTEL DE LA FEMME SANS TETE
A l’angle des rues de Broyes et de la rue de la Cave au Lard, l’ancien hôtel de la Femme sans Tête, tenu pendant un temps par une femme et ses deux filles et qui abrite aujourd’hui une salle communale, alimente bien des légendes.
De mémoire de presque nonagénaire sézannaise, qui tient l’information de son propre père, l’histoire serait la suivante : à la fin du XIXe siècle, un homme du village de Broyes, par un soir d’orage, rentrait chez lui en tirant une carriole chargée d’outils (peut-être, la dame n’est pas certaine). Alors qu’il passait devant la Maison Boulard, l’Hôtel de la Femme sans Tête, la foudre s’abattit sur l’enseigne de l’hôtel. Or, cette enseigne représentait une femme. Et l’enseigne était reliée à son support par la tête de la silhouette. L’enseigne fut guillotinée et, alors que la tête restait accrochée à son support, le corps de la femme tombait et venait blesser le pauvre homme. Ainsi naquit l’histoire, ou la légende de l’Hôtel de la Femme sans Tête.
La maison ferma ses portes vers les années 1960. On y donnait des banquets et la nonagénaire se souvient y avoir « fait un gueuleton » (sic) le jour de l’enterrement de sa grand-mère, en 1934. « La cuisine avait bonne réputation et les chambres étaient … bien garnies ». (re sic)

LES FOIRES DE SEZANNE
L’édition 1892 de l’almanach « le Barvard », créé en 1531, a été retrouvée dans le four à pain d’un particulier de Saint-Just-Sauvage, village marnais tout proche. Exceptionnel ! Outre des prévisions météorologiques et des conseils pour les cultures, cet almanach propose une « Table des foires ».
On y apprend, notamment, qu’au XIXe siècle, une foire aux veaux gras se tenait à Sézanne chaque premier mercredi du mois. En outre, des foires ont également eu lieu les samedis 6 février et 4 juin, dimanches 3 septembre, 8 octobre et 5 novembre.
La foire de la Semaine sainte aurait été créée par Louis VII.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  RĂ©my LEMARCHAND

BONJOUR !
Merci de votre visite.

A part huit ou neuf villages avec lesquels j'ai une relation particulière, j'ai choisi de présenter des villages à l'histoire souvent chargée d'oubli et aux noms un tantinet insolites ou cocasses.

Le plus souvent, faute de littérature les concernant, hélas ! la présentation en est incomplète. Que l'on veuille bien m'en excuser. L'objectif n'est d'ailleurs pas d'être exhaustif, mais, plus modestement, de faire vivre ces villages. Vous pouvez m'y aider en m'adressant vos suggestions, remarques, infos en utilisant la boîte de dialogue ci-dessous. Pour me transmettre des photos, je vous indiquerai mon adresse électronique sur demande via cette boîte de dialogue. MERCI d'avance de vos contributions.

Merci de votre visite et bons voyages quelque part en France !

RĂ©my LEMARCHAND gčre aussi les localités suivantes :
Cierges - Soupir - Gland - Chapeau - Duranus - Elan - Autruche - FAUX - Son - Doux - Seuil - Pauvres - Mery Sur Seine - Etrelles Sur Aube - Longueville Sur Aube - Avon La Peze - Lentilles - Salon - Poivres - Deux Verges - Painblanc - Angoisse - Chateauvieux Les Fosses - Hommes - Chatte - Choux - Verges - Crottes En Pithiverais - Sos - Nicole - Sezanne - Gaye - Trecon - Pleurs - Anglure - Granges Sur Aube - Reveillon - Riche - Poil - Avoine - Bizou - La Chapelle Montligeon - Le Cercueil - Remy - Boulot - Fille Sur Sarthe - La Tombe - Contre - Folies - Y - Gorges - Vouille - La Villedieu Du Clain - Verrue - Folles - Mercy - Gland - Vaureal 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Adresses utiles  
  E.mail : office.de.tourisme.se
   
 

  Administratif  
  Maire : Philippe BONNOTTE (réélu, 100% des voix)
CONSEILLERS MUNICIPAUX
- Mme Monique VELTZ
- M. Jean AGRAPART
- Mme Marie-Thérèse LECOUTURIER
- M. Jean RENEVEY
- Mme Claudette JACQUEMIER
- M. Jean-Pierre CADET
- Mme Sylvie POLPRE
- M. Jean-Pierre LAJOINIE
- Mme Marie-France BASSELIER
- M. Jean-François GERLOT
- Mme Roselyne HENNEBO
- M. Patrice LAJOINIE
- Mme Denise LAMBLIN
- M. Pascal BACHELIER
- Mme Catherine LEPONT
- M. Gautier SUBTIL
- Mme Annick NAVARRO
- M. Smain AFARTOUT
- Mme Véronique HENNEQUIN
- M. Michel CORDIER
- Mme Christelle LAUNOIS
- M. Gilles MALTAVERNE
- Mme Marie-Rose BOULANGER
- M. Jacky LOCUFIER
- Mme Karine JOLIVET
- M. Jean-Pierre TRAMAIONI
- Mme Claude BOISSEAU
- M. Christian CHARPENTIER


N° INSEE de la commune : 51535
   
 
Auteur de la fiche "Sezanne" : RĂ©my LEMARCHAND
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Sezanne

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Sezanne
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Champagne-Ardenne > Marne > Sezanne (51120)
Nb d'habitants    5588 (1999)
Superficie (hectares)    22,82 Km² 
DensitĂ© (h/km²)    245 (1999)
Altitude (en mètres)    moyenne : 148 (137 au pied de l'église St-Denis) 
Nom des habitants    Sézannais & Sézannaises 
Jumelage    Holbeach et Malsch (voir détails en fin de rubrique "Tourisme").