Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-mêmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


La Tombe
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Actualité 
     
voir les photos     
  MISES A JOUR
23/07/08 : rubrique "Divers" & photos
21/04/09 : "Tourisme" & photos
11/06/09 : Photos
13/04/11 : Photos

EGLISE SAINT-LAURENT
L'église Saint-Laurent fait l'objet, actuellement, d'un important programme de rénovation (voir photo).


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Tourisme 
Bienvenue à La Tombe ! (non, ce n'est pas de l'humour noir)
     
     
  * Fosse-dépotoir néolithique et sépultures découvertes en 1972.
* Faune et céramique de l'âge du Bronze et du Hallstatt (une des périodes de l’âge du fer).
* Vallée de la Seine.
* Rives de la Vieille Seine.
* A PARCOURIR : étangs, marais, bois >>> Pêche, chasse.

* Bel ensemble architectural d'une ferme briarde, la ferme de la Folie, un peu à l'écart du bourg, à l'Est (on ne visite pas) avec portail-porche. A découvrir en panorama à partir de la route qui passe au sud du village et conduit au cimetière dont on remarquera, aussi, la curieuse entrée, un portail-porche. En 1908, d'après une carte postale d'époque, la ferme semblait entourée d'un vaste potager.
L'origine du nom de cette ferme n'a peut-être aucun rapport avec la démence. Ce nom pourrait tout simplement être dû au fait que cette ferme était située, à l'origine, dans les feuilles (folies), dans les bois. Ce qui n'est plus le cas actuellement.

A l’autre extrémité du village, plus modeste et moins bien conservée, la ferme du Pavillon, constitue néanmoins aussi un exemple d’architecture rurale de la région.

Très accueillante, la région compte de nombreux campings-caravanings. Celui de La Tombe, le Camping de l'Hermitage, se situe de l'autre côté du pont, à gauche de la route de Châtenay-sur-Seine.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  La Tombe a été une seigneurie de l'abbaye de Faremoutiers fondée par Sainte Fare (615-630), située à 55 km de là, à l’ouest de Coulommiers. Monastère double, d'hommes et de femmes (certains pensent qu'il fut le premier en Gaule), il se soumet d'abord à la règle de Saint Colomban, puis à celle de Saint Benoît. Les premières religieuses et les premières abbesses se recrutaient surtout dans les familles de la noblesse.
- - - - - - - - - - - - - - - -
Un site paradisiaque :
Un internaute évoque avec nostalgie l'existence oubliée de la base de loisirs-camping de la Belle Epine (du groupe Chausson) avec sa guinguette, ses pédalos ... Qu'en reste-t-il ? Des souvenirs seulement ?
Merci de me documenter à ce sujet en utilisant la boîte de dialogue tout en bas de cette page.
- - - - - - - - - - - - - - - -
Disparu aussi l'hôtel-restaurant "Les Tilleuls", tenu par la famille Lucas et qui, si l'on en croit une carte postale du début du XXe siècle, était assez conséquent, très fréquenté, avec un large espace couvert pour la restauration en plein-air. L'établissement évoquait à son affiche la chasse et la pêche. Rien de plus normal compte tenu de l'environnement naturel (voir rubrique "Tourisme").
- - - - - - - - - - - - - - - -
Course d'aéroplanes
En 1911 la course d'aéroplanes Paris-Rome a fait escale à La Tombe.
L'aviateur LEVEL pilotait un biplan Savary. Pour l'aviateur BATHIAT, pilotant un monoplan Sommer, la course a été brève puisqu'il a chuté au décollage, à 6 heures du matin.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Le village est mentionné au 12ème siècle sous le nom de "Tumba".

Compte tenu de la présence, sur le site, de sépultures très anciennes, découvertes en 1972, il n’ y a pas lieu de chercher très loin l’origine du nom du village. En effet, le mot « tombe » pouvait tout à la fois désigner la fosse creusée en terre pour ensevelir un mort que le tumulus, amas de pierres et de terre plus ou moins conséquent, au-dessus d’une sépulture royale ou collective. Il est donc tout à fait légitime d’avancer que le site a été un lieu important de sépulture.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Diocèse de Meaux.

L'église Saint Laurent, à proximité immédiate du pont sur la Seine, en léger contrebas de la route, a une architecture extérieure assez curieuse, dissymétrique. Pour bien l'apprécier, il faut découvrir cette église l'après-midi en venant de la mairie. En effet, en venant du pont la perspective est gâchée par le silo en ruines qui jouxte l'édifice.

Le porche de l’église est surmonté d’une croix très particulière assez rare à cet emplacement. Croix templière ? Peut-être …

Laurent , le saint patron de La Tombe, est né en Espagne (ou à Rome ?) entre 210 et 220. Archidiacre de l’Eglise de Rome, il refusa de remettre au préfet les richesses de l’Eglise. Il les vendit et remit le prix de la vente aux pauvres. Lorsque le préfet vint chercher ces richesses, Laurent, montrant la foule des indigents, dit «Voilà les richesses de l’Eglise». Il fut brûlé vif sur un gril en 258, à Rome. On le célèbre le 10 août. Les artistes le représentent généralement un gril dans une main et les Evangiles dans l’autre.

Laurent est le saint patron (ou l’un des saints patrons) des archivistes, des bibliothécaires, des cuisiniers, des pompiers et … des pauvres et des rôtisseurs.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Dans la Brie, à l’Est du département de la Seine-et-Marne, arrondissement de Provins, canton de Bray-sur-Seine, entre Montereau-Fault-Yonne et Bray, La Tombe vit paisiblement sur la rive gauche du fleuve Seine, à «deux pas» de la Vieille Seine (déjà dénommée ainsi au début du XVIIIe siècle !).

Le finage de la commune a presque la forme d’un trapèze inscrit dans un carré dont le côté sud longe à peu près l’autoroute A5 et le côté ouest remonte jusqu’à la Vieille Seine.

La zone située au nord-nord-ouest du village, entre la Seine et la Vieille Seine, a toujours été le « royaume de l’eau » avec de très nombreux plans d’eau naturels ou, plus récemment, artificiels (gravières), propices à la pêche.

Au sud-ouest du finage de la commune, à proximité immédiate de l’autoroute A5 et de la ligne du T.G.V. le lieu-dit « le Bois Galant », aujourd’hui vaste clairière au milieu d’un bois, a été un hameau suffisamment conséquent pour être signalé sur la carte de Cassini.

Le secteur géographique de La Tombe est couvert par les cartes I.G.N. :
- Série bleue (France), N° 2517E au 1/25000e (Pont-sur-Yonne – GPS)
- Série orange (France), N° 2517 au 1/50000e (Montereau-Fault-Yonne).


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Fêtes et manifestations 
     
     
  VIDE-GRENIERS tous les ans, le premier dimanche du mois d'août.

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  GENTILE
Les références ne s'accordent par sur le gentilé des habitants de La Tombe : Tombiens, Tombiers ou Latombiers ? Il faudrait se mettre d'accord ! Il semble toutefois que le gentilé "Tombiers" soit le plus communément admis.

POPULATION
En 1794 : 230 habitants
En 1861 : 292 habitants
En 1886 : 212 habitants
En 1901 : 176 habitants
En 1931 : 120 habitants
En 1946 : 140 habitants
En 1954 : 151 habitants
En 1968 : 160 habitants
En 1975 : 154 habitants
En 1982 : 172 habitants
En 1990 : 194 habitants
En 1999 : 222 habitants
En 2004 : 231 habitants

LE PAVILLON de la Tombe
A défaut de château, la Tombe a son Pavillon, en bordure ouest du village, en bas de la rue éponyme. En face, la ferme du Pavillon, bien que plus modeste que celle de la Folie, constitue un bel exemple de l’architecture rurale de la région.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Rémy LEMARCHAND

BONJOUR !
Merci de votre visite.

A part huit ou neuf villages avec lesquels j'ai une relation particulière, j'ai choisi de présenter des villages à l'histoire souvent chargée d'oubli et aux noms un tantinet insolites ou cocasses.

Le plus souvent, faute de littérature les concernant, hélas ! la présentation en est incomplète. Que l'on veuille bien m'en excuser. L'objectif n'est d'ailleurs pas d'être exhaustif, mais, plus modestement, de faire vivre ces villages. Vous pouvez m'y aider en m'adressant vos suggestions, remarques, infos en utilisant la boîte de dialogue ci-dessous. Pour me transmettre des photos, je vous indiquerai mon adresse électronique sur demande via cette boîte de dialogue. MERCI d'avance de vos contributions.

Merci de votre visite et bons voyages quelque part en France !

Rémy LEMARCHAND gère aussi les localités suivantes :
Cierges - Soupir - Gland - Chapeau - Duranus - Elan - Autruche - FAUX - Son - Doux - Seuil - Pauvres - Longueville Sur Aube - Mery Sur Seine - Etrelles Sur Aube - Avon La Peze - Lentilles - Poivres - Salon - Deux Verges - Painblanc - Angoisse - Chateauvieux Les Fosses - Hommes - Chatte - Choux - Verges - Crottes En Pithiverais - Sos - Nicole - Sezanne - Gaye - Trecon - Pleurs - Granges Sur Aube - Anglure - Reveillon - Riche - Poil - Avoine - Bizou - La Chapelle Montligeon - Le Cercueil - Remy - Boulot - Fille Sur Sarthe - La Tombe - Contre - Folies - Y - Gorges - Vouille - La Villedieu Du Clain - Verrue - Folles - Mercy - Gland - Vaureal 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Administratif  
  -
   
 
Auteur de la fiche "La Tombe" : Rémy LEMARCHAND
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur La Tombe

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


La Tombe
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Ile-de-France > Seine-et-Marne > La Tombe (77130)
Nb d'habitants    231 (2004)
Superficie (hectares)    7,84 Km² 
Altitude (en mètres)    de 49 à 86 
Nom des habitants    Tombier(e)s ou Latombiers [voir rubrique "Divers"]