Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-męmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Mery Sur Seine
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Actualité 
     
voir les photos     
  MISES A JOUR de cette présentation
03/07/12 : "Actualité" et photos
27/07/12 : Photos et "actualité"

VOIE VERTE
J'ai testé pur vous la "voie verte Troyes/Sant-Oulph" : ma-gni-fi-que !
Pour l'instant, cette voie verte, partie de Troyes, ne va pas a-delà de Saint-Oulph. Cependant, en traversant la route e Saint-Oulph à Châtres, il est possible de poursuivre jusqu'à Clesles par un chemin herbeux très praticable. Au-delà de Clesles, c'est un peu délicat avec des vélos légers.

NOUVELLE PHARMACIE
Une nouvelle pharmacie, très spacieuse, est désormais ouverte à proximité immédiate de l'Intermarché. Elle remplace la pharmacie initialement installée place Croala.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Tourisme 
Foire commerciale de Méry-sur-Seine le 15 octobre 2012
     
     
  UNE FLEUR
Méry-sur-Seine a obtenu, en 2006, sa première fleur au concours des villages fleuris. Bravo !

Monument "le Volontaire de 1789", érigé en 1908 sur la place Croala, ancienne Place du Marché, à la mémoire des frères Croala (voir rubrique "Personnages célèbres"), premiers Volontaires de la République engagés dans la bataille de Jemmapes (Belgique) le 6 novembre 1792 qui vit la victoire l’armée révolutionnaire française contre l’armée autrichienne.

CAMPING municipal (80 emplacements) .......... 2 étoiles tourisme
Rue des Grèves, au lieu-dit "Le Bout de la ville", entre Seine et canal, le camping municipal propose un vaste terrain herbeux. Calme assuré.
Le camping est ouvert d'avril à septembre. (Renseignements : téléphoner à la mairie)

Séjour facilité par la présence, dans le bourg, de nombreux commerçants et artisans, restaurants et hôtel, médecins, pharmacie, bureau de Poste, banques, garages automobiles ...
--------------------------
LES CHATEAUX de Méry
A Méry-sur-Seine il y a château et « château ».
Le château est le « château Dom », situé dans le secteur de l’église et que l’on ne peut voir de la rue du Général Leclerc.

Le « château » est une belle bâtisse édifiée au tout début du XXe siècle dans un vaste parc, alors délimité par les actuelles avenue des Martyrs de la Libération, rue de la Paix, rue Pierre Labonde et rue du Général de Gaulle, par un négociant en bois fortuné qui pratiquait, notamment, le flottage du bois entre Troyes et Paris. Naguère, deux grandes pièces d’eau ornaient la grande pelouse devant le château. Singularité, l’eau des pièces d’eau et des canaux qui parcouraient le parc était puisée dans le canal par une pompe à vapeur. Il ne reste plus rien de ces pièces d’eau et canaux.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, la demeure habritait la Komandantur C’est dans un bosquet, à droite du parc que trois hommes, dont la stèle en bordure d’avenue garde le souvenir, ont été fusillés le 25 août 1944.
Après avoir hébergé des religieuses, le château est occupé depuis 1955 par l’I.T.E.P. « Home Plein Espoir » (Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) qui accueille 32 enfants ayant des troubles du comportement.
Le parc a été réduit pour permettre la construction de maisons du côté de la rue Pierre Labonde.
---------------------------
GITE LOISIRS
Le gîte-loisirs de Méry est composé d'un gîte de groupe de 56 places ainsi que d'un gîte d'étape de 25 places.
De nombreuses activités sont proposées : équitation, kayak, tir à l'arc, vélo ... Pour contacter ce gîte vous pouvez utiliser le lien indiqué dans la rubrique "Internet" (vous pouvez indiquer vos sources).
---------------------------
La BIERE DE MERY, bière « Jephie » est brassée à Méry par une micro-brasserie créée par un amateur très éclairé. Pour contacter le brasseur vous pouvez utiliser le lien proposé en fin de fiche, dans la rubrique "Internet". Bonne dégustation !

Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine
(O.T.N.V.S.)
53, rue des Fossés
10400 NOGENT-SUR-SEINE
Tél./Fax : 03 25 39 42 07 - www.tourisme-nogentais.fr



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  ARMOIRIES
Dès le milieu du XIIe siècle, Méry était le siège d'une prévôté des Comtes de Champagne. Les armes de Méry s'inspirent d'un sceau de cette prévôté qui, en 1400, était : "Un pont à deux arches sur lequel est posé un écu semé de fleurs de lis supporté par deux lions accroupis".

HISTOIRE
De doctes ouvrages retracent l’histoire de Méry-sur-Seine. Ainsi, donc, il s’agit, ici, non pas de recopier ces ouvrages, mais seulement de donner quelques jalons de cette histoire.

Attila, chef des Huns, remontant la Seine vers le nord-est, aurait affronté Théodoric, le Wisigoth, et Aetius, le Romain, dans les plaines de Méry dans une bataille qui aurait opposé de 30 à 40 000 milles combattants. Il s'agit, notamment, en avril 450, de la famuese bataile du "Campus Mauriaci" (sans doute Méry).

Vieille ville autrefois ceinte de remparts doublés de fossés, Méry avait un charme dont témoignent plusieurs gravures anciennes ainsi que quelques maisons assez cossues et/ou à l’architecture travaillée. Ces remparts, élevés par Thibaut IV en 1235, figurent encore sur la carte de Cassini du milieu du XVIIIe siècle, mais il n’en reste plus, aujourd’hui, deux pierres l’une sur l’autre alors qu'en 1928 le Dictionnaire Larousse en faisait encore état. Seule la "Rue des Remparts" en perpétue désormais le souvenir. Par ailleurs, on peut penser que le canal de la Haute Seine emprunte pour partie le tracé nord-ouest de ces fossés.

On observe que cette même époque, la carte de Cassini fait mention de deux églises. L’une est située tout au sud du bourg, c’est l’église paroissiale actuelle. L’autre est située au nord-ouest du bourg, ce pourrait être celle du prieuré aujourd’hui disparu, là où de nouvelles constructions ont été réalisées en 2008.

Rivière et moulins de Méry constituaient l’une des quatre baronnies de la "crosse" de l'évêché de Troyes. Les barons d'Anglure, de Saint-Just, de Pouan et de Méry étaient obligés de porter l'évêque le jour de son intronisation. En raison de cette charge, dont ils s'honoraient, on les appelait les "barons de la crosse". Mais un jour, s’estimant humiliés par une telle pratique, ce qui n’était pas totalement faux, ils cessèrent de porter l’évêque.

En 1104, Philippe de Pont, évêque de Troyes, fait don de l'église de Méry à l'abbaye de Molesme, qui y établit un prieuré.

Dès le milieu 12ème siècle, sous les comtes de Champagne, Méry est chef-lieu de châtellenie et de prévôté.

Une commune est attestée au milieu 13ème. En 1232, Thibault IV, comte de Champagne, assigne comme douaire (droit d’usufruit) à sa soeur Marguerite le comté de Sézanne avec, notamment, la seigneurie de Méry. Au mois d'août 1235, Thibaut IV fait travailler à la forteresse de Méry.

Des foires importantes de l’époque subsiste le nom de la "rue de Montpellier" (en raison de la présence de nombreux marchands originaires de cette ville).

Au 14ème siècle, Charles V donne Méry au chapitre de Vincennes, qui en garde la seigneurie jusqu'à la Révolution, et nomme aux offices du bailliage royal de Méry, secondaire de celui de Troyes.

Vers 1420, les Bourguigons incendient le village de Premierfait, à une douzaine de kilomètres à l’est de là, et le bourg de Méry. Les habitants, chassés pour une grande part, n'y reviendront qu'en 1424.

Méry est de nouveau saccagé par les incendies de 1746 et 1778 et lors de la Campagne de France, le 22 février 1814.

En 1801 Méry, ayant fait partie du district d'Arcis sous la Révolution, fait désormais partie de l'arrondissement d'Arcis puis, depuis 1926, de celui de Nogent-sur-Seine.

PETITES HISTOIRES DE L’HISTOIRE :
1221 : création de l’Hôtel Dieu

Louis XII, dit le Père du Peuple (1462-1515), a séjourné à Méry-sur-Seine (dont l’orthographe n’était bien sûr pas celle-ci).

En 1540, un acte de la chancellerie pontificale concernant Jean Gobelet, chapelain de la chapelle Saint-Louis fondée en la collégiale de Méry-sur-Seine fait mention du prieuré-cure Saint-Robert dont il ne reste, comme seul souvenir aujourd’hui, que le nom de la Rue du Prieuré.

Outre la collégiale, il y avait à Méry-sur-Seine une chapelle consacrée à Saint-Maur et une autre à Saint-Michel (voir rubrique "cultes"). Peut-être n'ont-elles pas existé en même temps ...

Le 26 septembre 1594, un arrêt du Conseil autorise la levée d’impôts pour bâtir les fortifications de Méry.

Le 5 décembre 1615, lors des troubles de la Régence, le prince de Condé s’empare de la ville et Jean III de Biencourt, seigneur de Poitrincourt est tué en défendant Méry contre les Anglais.

En 1760, Méry compte 89 métiers à tisser les bas.

En 1765, un bureau de l’Administration de l’Enregistrement et Domaines est créé à Méry-sur-Seine.

Le 22 février 1814, la bataille de Napléon à Méry est tellement violente que l'on entend la canonnade d'Anglure ! La rivière charrie d'innombrables cadavres et toute la campagne alentours est jonchée des dépouilles des soldats.

Des archives de l’Hôpital-hospice de Méry-sur-Seine [HD 233 1-42] font mention, entre 1765 et 1870 (date à préciser), de la présence dans cet établissement d’une aumônerie. Par ailleurs, [ED 233 354] il est indiqué que les messes de fondation de l’hospice, entre 1826 et 1830, font l’objet d’une demande de réduction de tarif par l’évêque de Troyes. Cet hôpital-hospice serait distinct de l’actuel hôpital-hospice, aujourd’hui maison de retraite, situé avenue Clotilde Delatour (route de Droupt), au nord du canal de la Haute Seine. Cet actuel hospice porte, au fronton, l’inscription «Egalité – Fraternité – Solidarité».
Dans un cadre très agréable, les bâtiments ont été agrandis et restructurés ces dernières années.

Il y avait aussi un hôpital tenu par des religieuses rue de Grèves, aujourd’hui réhabilité en maisons d’habitations.

Entre 1907 et 1909, des cabinets publics et urinoirs, après délibération du conseil municipal, sont installés dans le bourg.

En janvier 1910, alors que d'importantes crues étaient déplorées partout en France, la Seine a, ici comme ailleurs, largement débordé de son lit. C'est à la suite de ces inondations mémorables que la route de Méry à Mesgrigny a été réaménagée pour protéger les quartiers les plus vulnérables de Méry.

Le 12 août 1911, le quartier de le rue Montpellier a été détruit par un très violent incendie. Les ruines ont fait l’objet de plusieurs cartes postales.

Le Dictionnaire Larousse de 1928 indique que Méry-sur-Seine a connu une activité de bonneterie assez soutenue. Cette activité a périclité progressivement pour cesser totalement vers 1995 avec la fermeture des ateliers "D.D." (encore en activité à Fontaine-les-Grès où ils viennent de lancer une ligne de chaussettes en fibres de bambou !). Ces entreprises de bonneterie ont longtemps fourni du travail à domicile aux "paysans-bonnetiers" des villages des environs.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Le mot « merrain », dérivé du latin « materia », signifiant « bois de construction », apparaît au XIIe siècle. Le merrain est du bois de chêne, de châtaignier, débité en planches fines, dont on fait, notamment, des panneaux, des douves, dou(v)elles de tonneaux.

C’est de «merrain» que viendrait le nom de Méry, indiquant ainsi, d’une part sa situation dans une région autrefois boisée et, d’autre part son ancienne activité de tonnellerie.

Toutefois, les avis divergent quant à l'origine du nom de Méry. Le
dictionnaire de M.T. Morlet évoque un nom de domaine gallo-romain "Matriacum". La terimaison en "y" signifie en effet "qui appartient à ... domaine de ...". Ainsi, Méry serait le "domaine de Marius" ...

On sait aussi (voir rubrique "Histoire", qu'Attila livré bataille au "Campus Mariaci", proche de Méry, à moins qu'il s'agisse tout simplement de Méry.

Tout ceci ne serait pas incohérent si l'on considère que des traces gallo-romaines y ont été relevées ainsi que dans les villages des environs comme Longueville-sur-Aube par exemple (voir la fiche de ce village. Lien en bas de cette fiche).

Il y aurait aussi une autre hypothèse. Le nom du village de MERY, dans la Marne, viendrait de "Mara, maricus", c'est-à-dire "marais". Or, les marais ne manquaient pas dans les environs de Méry-sur-Seine, ils ne manquent d'ailleurs pas encore aujourd'hui, dans les environs très immédiats. Alors, serait-ce, là, l'origine du nom de la commune ?...

Part ailleurs, on note que l'église Saint-Merry, de Paris, tient son nom de "Medericus" qui, au VIIe siècle, fut abbé de Saint-Martin d'Autun et qui séjourna et mourut en ce lieu. Il fut choisi, en 884, comme saint patron des quartiers parisiens situés sur la rive droite de la Seine.

Alors : merrains, Mariacus, Mariaci ?

Quoi qu'il en soit, lorsque Napoléon Ier fixe les noms et l’orthographe des villes, il distingue les différents bourgs appelés Méry en y ajoutant le nom de la rivière qui les arrose et qui, semble-t-il, leur sert à transporter les tonneaux et le bois par "flûtes" ou flottage. C’est ainsi que l’on a Méry-sur-Cher, Méry-sur-Marne, Méry-sur-Oise (qui affirme haut et fort ses relations avec les merrains), Méry-sur-Yonne et … Méry-sur-Seine !

Alors, quelle est l'origine exacte du nom de Méry ? Laquelle de ces multiples hypoyhèses est la plus probable ? Toutes les suggestions des érudits sont les bienvenues.

Et il y a aussi le village de Méry, en Belgique, au sud de Liège, juste au nord de Esneux.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Au Moyen Âge, il y avait sept églises et chapelles à Méry-sur-Seine !

CHAPELLE SAINT-MICHEL
Située à l’écart du bourg, cette chapelle a disparu mais une impasse, en direction d’Arcis en garde le souvenir.

EGLISE SAINT-ROBERT
Jusqu’à la Révolution, il y avait, au centre Méry, une imposante église dédiée à saint Robert. Ce prieuré, ainsi que la chapelle du château, avait été donnés à saint Robert par Philippe, évêque de Troyes en 1104. L’abbé de Molesme fit construire une nouvelle église, qui prit le nom de « Revestière », à l’emplacement d’un ancien cimetière jouxtant la chapelle de Saint-Père.

Des archives du début du XIXe siècle font état, à Méry, du "Prieuré Saint-Robert", dépendant de l'Abbaye de Molesmes. De ce prieuré, et de son église Saint-Robert, il ne reste plus que la "Rue du Prieuré". A la même époque, il y avait aussi une maladrerie.

CHAPELLE SAINT-LOUIS
Au centre du bourg, visible de loin, un édifice surmonté d’une imposante statue de Jeanne d’Arc, fait figure d’église paroissiale. Il n’en n’est rien, c’est la chapelle Saint-Louis, dite aussi parfois, très improprement, « chapelle Jeanne d’Arc », qui faisait initialement partie, au tout début du XIIIe siècle d’une « maison Dieu », hospice et maison destinés à accueillir les pauvres.

Cette chapelle aurait brûlé cinq fois au cours des siècles, notamment le 12 août 1912. Malédiction ? L’emplacement de cette chapelle fut vendu à un particulier qui, vers 1924, y fit construire une tour, l’actuel clocher. Tel qu’en atteste une photo d’époque, initialement il n’y avait pas de statue en haut de cette tour. Par testament il fit don à la commune du terrain y attenant pour qu’une chapelle y soit construite. Ce qui fut fait en 1960. Il ne reste plus rien de l’édifice initial du Moyen Âge.

Au passage, cela répond à la question d’un internaute qui me demandait, il y a quelques mois, pourquoi le clocher de cette chapelle était surmonté d’une grande statue de Jeanne d’Arc. Initialement, ce clocher était une tour civile dépourvue de statue.

EGLISE NOTRE-DAME DE L’ASSOMPTION
Curieusement située quasi à l’extérieur du bourg, en direction de Mesgrigny, l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption est la seule rescapée de toutes les églises et chapelles de Méry édifiées au Moyen Âge.

Selon certaines sources, ses piliers carrés dateraient du XIIe siècle ! De fait, l’église actuelle aurait été édifiée aux XIVe et XVe siècles, à l’emplacement, probablement, d’une église plus ancienne. L’église Notre-Dame de l’Assomption a fait l'objet d'un important travail de restauration qui vient de s'achever, en 2009.

Le clocher de l’église aurait été construit en 1789 (à la Révolution ! Au moment où l’on détruisait l’église Saint-Robert ?) à la place d’une tour qui menaçait de s’effondrer sur le cimetière alors situé le long de l’église. Les cloches, de 1 200 et 800 kg, ont été fondues à Méry le 11 octobre 1819.

** Ces notes sont en partie extraites des recherches conduites par les enfants du catéchisme et leurs catéchistes. Félicitations !

Aujourd'hui, Méry-sur-Seine fait partie de l'ensemble paroissial de Méry-sur-Seine et Plancy l'Abbaye, doyenné d’Arcis-sur-Aube. Le secteur paroissial Méry/Plancy regroupe 20 villages, soit environ 5 000 habitants.

Il y a eu aussi, rue de Grèves, la chapelle de l’ancien hôpital des religieuses.
- - - - - - - - - - -
CROIX & CALVAIRES
L'Abbé J. Durand, dans son livre "Guides des Croix de Chemin" de l'Aube, édité en 1988, nous indique qu'il y a eu plusieurs croix et calvaires sur le territoire de la commune de Méry. Malheureusement, même l'ancien cadastre n'en fait pas mention. Aussi n'est-il pas facile de les localiser.

Parmi ces croix, l'une d'elle marquait l'emplacement d'une ancienne chapelle Saint-Michel, détruite au XIVe siècle. Cette croix et, donc aussi la chapelle, se situait hors les murs de Méry, sur l'ancien chemin conduisant à Saint-Oulph, aujourd'hui rue du Général de Gaulle.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  Au nord-ouest du département de l'Aube, entre la route Troyes-Paris et Anglure, sur la route de Sézanne, dans une dépression de la plaine champenoise, Méry-sur-Seine est essentiellement construit sur la rive droite du fleuve Seine, la « rivière sacrée », à 82 mètres d'altitude. Le bourg de Méry-sur-Seine est bordé, au nord, par le canal de la Haute Seine qui reliait initialement la rivière Aube, près de Marcilly-sur-Seine, au coeur de la ville de Troyes. Dans Méry-sur-Seine, la rivière Seine reçoit la petite rivière du Moulin.

Clin d’œil : le chemin des Monts qui part de la rue du général Leclerc, rive gauche de la rivière Seine, comme son nom l’indique, conduit au lieu-dit « Les Monts » qui culmine à 82 mètres, soit environ 50 centimètres seulement au-dessus du niveau du seuil de la mairie ! Vertigineux, n’est-ce pas ?

* * * * * * * * * * *
LE CANAL DE LA HAUTE SEINE
Le canal de la Haute Seine, qui contourne Méry-sur-Seine par le nord, entre le bourg et le cimetière, est toujours en eau.

Le destin de cet important ouvrage civil est aussi curieux qu’éphémère. L’empereur Napoléon 1er, souhaitant rendre la Seine navigable, décida sa construction en 1805 entre le canal de Bourgogne et le port à bois de Marcilly-sur-Seine, au nord de Romilly-sur-Seine. Le canal fut inauguré le 25 octobre 1846.

Ce canal devait initialement servir à acheminer à Paris le bois en provenance du Morvan (initialement transporté par "flûtes", flottage, sur la Seine), le vin et diverses marchandises du Barséquanais.
Dès 1930, cette voie navigable, terminée en cul de sac à Troyes et incompatible avec les gabarits de navigation Freycinet, sera pratiquement inutilisée puis désaffectée et abandonnée aux promeneurs et aux pêcheurs en 1957 entre Troyes et Méry-sur-Seine.

Le canal de la Haute Seine est encore navigable en aval de Marcilly-sur-Seine (navigation de plaisance).

Depuis 2001, des projets de réhabilitation des rives du canal, entre Troyes et Courceroy (en limite de Seine et Marne), sont à l’étude et devraient être pour partie concrétisés courant 2007 : aménagement des chemins de halage et de contre-halage (vélovoie d’un côté, promeneurs et pêcheurs de l’autre) et, à plus long terme, réouverture à la navigation de plaisance …

Avant la construction de ce canal, la navigation se faisait par la Seine. Les bateaux (25 mètres de long et 5 à 6 mètres de larges) et les bachots, petites embarcations souvent couplées, transportaient vers Paris, en 15 à 20 jours, des bois, de la farine, des légumes, du blé ... Elles en revenaient avec des étoffes et autres diverses marchandises.

Napoléon Ier, lorsqu’il fixe le nom des villes et décide de la construction du canal de la Haute-Seine, consacre l’activité économique de Méry-sur-Seine autour du travail et du commerce du bois. De cette activité passée il reste le Quai des Mariniers, au nord-ouest du bourg, juste à côté du bassin et de l’écluse, ainsi que les rue et ruelle du Port qui descendent vers la Seine, non loin de la mairie, qui portent le souvenir d’un port qui aurait existé en cet endroit, autrefois. Ce port, probablement modeste, atteste d’une activité déjà tournée vers le transport fluvial du bois, et peut-être des fûts, bien avant la construction du canal de la Haute Seine.


* * * * * * * * * * *
DES VIGNES A MERY
Si l'on en croit la rue des Vignes, dans le village voisin de Saint-Oulph, et le chemin des Vignes, aussi appelé chemin de la Pointe Goulard, situé au nord du bourg de Méry, le finage de la commune devait être partiellement occupé par des vignes.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Personnages célčbres 
     
     
  >> HUON DE MERY (réf. René Crozet « Histoire de Champagne » - 1933) : « Les premiers noms qui apparaissent dans l’histoire de la poésie champenoise sont enveloppés d’une certaine obscurité. C’est, par exemple, […] Huon de Méry, auteur, vers 1235, du « Tournoiement de l’Antéchrist » (Li tornoiement Antecrit), où se révèle un goût excessif pour l’allégorie mêlée constamment aux données de la vie réelle. Ce poème allégorique fait le récit du combat, mené en forêt de Brocéliande, d’un guerrier devenu moine bénédictin ».

>> HUON DE VILLENEUVE, né à Méry, trouvère du XIIIe siècle, auteur des « Quatre fils Aymon ».

>> En 1432, BOZON DE FAGES, bailli de Montargis et capitaine de Méry, ayant juré à l'évêque de Troyes de démolir Anglure de fond en comble, tient sa parole. C'est ainsi que la ville d'Anglure "fut mise en feu et en flambe et du tout démolie" par lui [Cf. Monstrelet].

>> Guillaume TOIGNEL, dont on connaît un sceau daté de 1318, lieutenant du capitaine de Reims, était seigneur de Courmas, de Contreuve et de Méry.

>> Jean de BIENCOURT, baron de POUTRINCOURT et de Saint-Just, gentilhomme picard né en 1557, est décédé à Méry en 1615 pendant le siège de la ville après en avoir été gouverneur. Une plaque, apposée à l'angle de l'avenue de Verdun et de la rue du Mail, rappelle le souvenir de ce personnage quasi oublié et qui, pourtant, fut l'un des fondateurs de Port-Royal, en Acadie, en 1604, et dont il fut l’un des premiers seigneurs connus.

>> Mathias PONCET DE LA RIVIERE (1707-1780), ayant succédé à Bossuet, en 1742, comme évêque de Troyes, sévit contre les couvents suspectés de jansénisme. Il ose même refuser les sacrements à deux personnes. Le présidial le condamne à 3 000 livres d’amende et à la saisie de ses meubles. Le Parlement se mêle de l’affaire, soutient les juges et le roi finit lui-même par exiler Poncet de la Rivière à Méry pour deux ans (1755-1757).

>> Les frères CROALA
L'Armée révolutionnaire enrôla de nombreux jeunes parmi lesquels les frères Edmé, Jean-Baptiste et Abraham. Pour avoir refusé de tirer sur la foule en 1795, comme nombre de ces jeunes, ils furent guillotinés.
Ils furent réhabilités au début des années 1900. Un monument, dit "des Frères Croala", a été érigé à leur méloire sur la place éponyme, en bas de la rue du professeur Pinard.


>> Parmi les Méryciens célèbres, Monsieur Adolphe PINARD, né à Méry-sur-Seine en 1844 et enterré dans la même ville en 1934.
Gynécologue-obstétricien, professeur à la faculté de médecine de Paris (là où il avait fait ses études), membre de l'Académie de Médecine, il a fait progresser les techniques d'accouchement. Il a, notamment, inventé le stéthoscope dit "de Pinard" (détection du pouls foetal)..
Pendant la Grande Guerre, le professeur PINARD, s'intéressant au vin donné aux soldats et constatant les dégâts occasionnés par certaines maladies vénériennes, préconisa d'y ajouter du mercure et de le distribuer dans les tranchées ! Certains suggèrent que les soldats, trouvant à ce breuvage un goût étrange, l'auraient appelé "pinard", du nom de son inventeur. Quoi qu'il en soit, les soldats en redemandaient et tentaient d'augmenter la contenance de leurs bidons pour en avoir de plus grandes rations.
On est, certes, loin de l'étymologie proposée par les linguistes pour le mot pinard. Mais, qu'importe l'origine du mot pourvu qu'on ait l'ivresse d'y croire ! Et d'ailleurs, les deux origines sont peut-être tout à fait compatibles.
En 1919, Adolphe Pinard prend la direction de l'école de puériculture créée par Benjamin Weil-Hallé, rattachée à l'école de médecine de Paris.
Le professeur PINARD avait été fait Grand Officier de la Légion d'Honneur.
Le professeur PINARD a donné son nom à une maternité de Nancy, et à un boulevard de Paris.
** Evelyne, une internaute mérycienne , partie en Pays de Loire, se souvient que, dans les années 1960/70, les parents faisaient boire aux enfants une boisson laiteuse, dite « Phosphate du Professeur Pinard », qui remplaçait l’huile de foie de morue généralement administrée l’hiver. Et, effectivement, Monsieur Benoît, actuel pharmacien de Méry-sur-Seine, consultant l’édition 1974-75 du « Livre vert de l’Officine », confirme que (je cite in extenso pour les connaisseurs) : « PHOSPHATE DE CHAUX du Docteur PINARD – Calciothérapie (44a) ; rachitisme, fractures, grossesse, allaitement, caries dentaires ; adultes, enfants et nourrissons ; liquide en flacon de 300 ml , prix [de l’époque] 2,50 francs ; phosphate tricalcique 0,900g pour 100g ». Pour les spécialistes : il y avait aussi le « Phosphate de chaux VIT du Dr Pinard », ayant les mêmes indications mais une formule un peu différente. (phosphate tricalcique 0,900g, vitamine D2 5.000Ul pour 100 ml), au prix de 2,96 francs le flacon de 300 ml. A votre santé !

>> Moins célèbre que le Professeur Pinard, Eugène-Alexandre HUBERT (1823-1872) est aussi une personnalité de Méry-sur-Seine. Certes, sa notoriété n'a peut-être pas beaucoup dépassé les limites du canton, mais Monsieur HUBERT fut un bienfaiteur du Bureau de Bienfaisance de Méry. Il demeurait 9 route de Soissons, juste à l'angle de cette route avec la rue des Orfèvres, à côté de l'ancienne école de garçons. Une plaque, au-dessus de la porte, en exprime encore le souvenir. Ironie du sort, cette ancienne demeure du bienfaiteur de Méry est désormais occupée par les services d'un autre bienfaiteur ... le Trésor Public !


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Vie locale 
     
     
  Chaque samedi matin, un MINI-marché (presque symbolique) a lieu sur la place Croala, à côté de la pharmacie. On y dénombre tout juste trois ou quatre commerçants (peut-être plus à la belle saison ... pas sûr).

Jusqu'en 2001/2002 il y avait un café, à l'actuel emplacement du centre socio-culturel.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Fętes et manifestations 
     
     
  FOIRE COMMERCIALE DE PRINTEMPS
En avril 2007 a eu lieu la 120e foire commerciale de printemps de Méry-sur-Seine, une tradition très ancienne mais toujours vivace.

FOIRE COMMERCIALE D’AUTOMNE
La 123ème édition de la traditionnelle foire d’automne de Méry a eu lieu sous le soleil le 12 octobre 2008.
La 124ème foire d'automne aura lieu le 11 octobre 2009 sur le thème de ... la pomme de terre.

BOURSE DE CARTES POSTALES
Chaque année, le 1er novembre, se tient la bourse de cartes postales dans la salle polyvalente. Contacter la mairie.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Associations 
     
     
  ** Si vous souhaitez présenter votre association en quelques lignes (buts, actualité ...) et une photo, prenez contact avec moi en utilisant la boîte de dialogue ci-dessous ou mes coordonnées Internet infra. Merci.

La SOCIETE MUSICALE DE MERY, une dame dynamique et pimpante de 142 ans !
Vers 1860, Edouard RIVOT, professeur, violoniste lauréat du Conservatoire de Paris, vivait à Méry. C’est lui qui créa la Fanfare de Méry en 1864. Il en a été le président-directeur jusqu’en 1876.
Le dimanche 25 mai 1879, alors que Monsieur GEOFFROY en est le président-directeur, la Fanfare de Méry participe, à Châlons-sur-Marne, à son premier concours, le « Premier concours de l’association fraternelle et musicale du département de la Marne » qui réunit 111 harmonies, orphéons et fanfares. Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître : la Fanfare de Méry remporte le médaille de vermeil !
Plus tard, la fanfare devient « Société musicale ».
La mascotte de la Société musicale de Méry a été baptisée du nom très musical de ... Sibé MOL !


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  GENTILé :
Les habitants de Méry-sur-Seine sont les Méryciens et les Méryciennes alors que ceux de Méry-sur-Oise sont les Mérysiens et les Mérysiennes. La différence est dans une seule lettre.

POPULATION :
En 1720 : 218 feux
En 1794 : 1165 habitants
En 1810 : 1225 habitants
En 1820 : 1123 habitants
En 1872 : 1450 habitants
En 1901 : 1276 habitants
En 1926 : 990 habitants
En 1962 : 1083 habitants
En 1968 : 1109 habitants
En 1975 : 1174 habitants
En 1982 : 1254 habitants
En 1990 : 1302 habitants
En 1999 : 1326 habitants
En 2008 : 1365 habitants ... une progression permanente depuis quelques décennies.


TRADITION à l'école :
Catherine, une ex-mérycienne, aujourd'hui lyonnaise, me raconte que, de son temps, il y a .... (chut ! On ne dit pas l'âge des dames) le dernier jour de l'école avant les vacances de Noël, les enfants de l'école maternelle et de l'école primaire étaient conviés à une projection de films et/ou de dessins animés dans la salle des fêtes et ils avaient droit à une distribution de friandises par ... le Père Noël en personne !

LE CHEMIN DE FER DE MERY
Le chemin de fer n'est jamais passé par Méry-sur-Seine. En fait, la gare de Méry était située à quelques kilomètres de là, à Mesgrigny. Cette gare étant désormais désaffectée, la gare S.N.C.F. la plus proche se trouve à Romilly-sur-Seine.

QUATRE FOIRES DE MERY
Bien avant le XIXe siècle, Méry a compté parmi les « foires de Champagne » réputées.
L’édition 1892 de l’almanach « le Bavard », créé en 1531, a été retrouvée dans le four à pain d’un particulier de Saint-Just-Sauvage, dans la Marne. Exceptionnel ! Outre des prévisions météorologiques et des conseils pour les cultures, cet almanach propose une « Table des foires ».
Selon « le Bavard », en 1892, il y a eu quatre foires à Méry :
- mardi 15 mars et mercredi 16 mars
- lundi 20 juin
- dimanche 25 septembre et lundi 26 septembre
- vendredi 25 novembre

RUE DE L'ARMANCE
Oyez ! Oyez ! Méryciens et Méryciennes, la rue qui dessert le nouveau lotissement a été nommée "rue de l'Armance". L'Armance est un affluent de l'Armançon qui coule à la fois dans le département de l'Aube et celui de l'Yonne et qui a donné son nom au "Pays d'Armance".
L'Armance ou "Quelques scènes d'un salon de Paris" est également une intrigue qui se situe à l'époque de la Révolution, le premier roman de Sthendal qui met en scène Octave de Malibert, jeune homme brillant mais taciturne, amoureux d'Armance de Zohiloff qu'il ne peut "honorer", impuissant qu'il est.
Les édiles méryciens font-ils référence à la rivière ou bien sont-ils, tombés amoureux d'Armance de Zohiloff ? :-)
Plus sérieusement, il y a aussi, sur la commune de Saint-Oulph, à l'ouest de Méry-sur-Seine, la rivière Armance (certains disents "les Armances"), quasi asséchée, qui prend sa source à l'est du bois du Cul de la Poêle, au nord de Méry, et va se jeter très rapidement le canal.
Armance : prénom féminin dérivé d'Armand, "homme fort". Fêté le 23 décembre.

RUE GEORGES FLIZOT
Créée en 2010, la rue Georges Flizot, maire de Méry-sur-Seine de 1963 à 1971, donne accès aux logements de la gendarmerie en passant derrière le centre de secours des sapeurs-pompiers.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  RĂ©my LEMARCHAND

BONJOUR !
Merci de votre visite.

A part huit ou neuf villages avec lesquels j'ai une relation particulière, j'ai choisi de présenter des villages à l'histoire souvent chargée d'oubli et aux noms un tantinet insolites ou cocasses.

Le plus souvent, faute de littérature les concernant, hélas ! la présentation en est incomplète. Que l'on veuille bien m'en excuser. L'objectif n'est d'ailleurs pas d'être exhaustif, mais, plus modestement, de faire vivre ces villages. Vous pouvez m'y aider en m'adressant vos suggestions, remarques, infos en utilisant la boîte de dialogue ci-dessous. Pour me transmettre des photos, je vous indiquerai mon adresse électronique sur demande via cette boîte de dialogue. MERCI d'avance de vos contributions.

Merci de votre visite et bons voyages quelque part en France !

RĂ©my LEMARCHAND gčre aussi les localités suivantes :
Cierges - Soupir - Gland - Chapeau - Duranus - Elan - Autruche - FAUX - Son - Doux - Seuil - Pauvres - Mery Sur Seine - Etrelles Sur Aube - Longueville Sur Aube - Avon La Peze - Lentilles - Salon - Poivres - Deux Verges - Painblanc - Angoisse - Chateauvieux Les Fosses - Hommes - Chatte - Choux - Verges - Crottes En Pithiverais - Sos - Nicole - Sezanne - Gaye - Trecon - Pleurs - Anglure - Granges Sur Aube - Reveillon - Riche - Poil - Avoine - Bizou - La Chapelle Montligeon - Le Cercueil - Remy - Boulot - Fille Sur Sarthe - La Tombe - Contre - Folies - Y - Gorges - Vouille - La Villedieu Du Clain - Verrue - Folles - Mercy - Gland - Vaureal 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Adresses utiles  
  http://www.giteloisirs.com
http://www.ac-reims.fr/presac/
http://perso.wanadoo.fr/yves.b
   
 

  Education  
  Nombre de collèges : Collège Pierre Labonde (voir lien en rubrique Internet)
   
 

  Administratif  
  Conseillers municipaux
(ordre alphabétique)
- Adnot Cécile
- Benoît Pierre
- Boisson Martine
- Boyon Jean-Paul
- Corpel-Coutant François
- Jérôme Francis
- Macquart Michel
- Marchand Philippe
- Marie René
- Mellot Josette
- Menuelle Thierry
- Russier Joël
- Schmutz Romain
- Thomas Jean-Claude
   
 
Auteur de la fiche "Mery Sur Seine" : RĂ©my LEMARCHAND
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Mery Sur Seine

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Mery Sur Seine
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Champagne-Ardenne > Aube > Mery Sur Seine (10170)
Nb d'habitants    1330 (1999)
DensitĂ© (h/km²)    107 (1999)
Altitude (en mètres)    81,55 (à la mairie) 
Nom des habitants    Méryciens, Méryciennes 
Jumelage    Méry-sur-Seine est jumelée avec BISCHOFFEN (Allemagne), ville située à 505 Km de là, sur la route d'Herborn à Marburg. 
Nombre de collèges    Collège Pierre Labonde (voir lien en rubrique Internet)