Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-mêmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Strasbourg
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Histoire 
     
voir les photos     
  L'impact de la métropole européenne de Strasbourg, dépasse, depuis longtemps, les limites de l'Alsace.

Strasbourg nous vient tout droit de l'ancienne Argentoratum, village gaulois de pêcheurs et de chasseurs, devenu un important camp fortifié à l'époque romaine. Les invasions barbares ont remué la ville; elles furent suivies de celle des Francs qui au Vème siècle prirent place dans son enceinte. Le nom actuel remonterait à cette époque. Le Serment de Strasbourg, en 842, lie Louis le Germanique et Charles le Chauve au détriment de leur frère Lothaire. Ce dernier, en 843, obtint, au traité de Verdun, l'Alsace en partage. Les écrits, qui scellent cette alliance, seraient le plus ancien document rédigé en langue française. En 870 le vieil évêché de Strasbourg, comptable de quatre siècles d'histoire, intègre la Germanie et prend un rang épiscopal avantagé. Les évêques d'alors passaient du temporel au spirituel et investissaient le pouvoir de la place. Ils obtiennent même, à leurs profits, le rang de ville libre de l'empire germanique dès le début du XIVème. Les Strasbourgeois, néanmoins, se révoltent contre la robe et Walther de Géroldseck doit affranchir, en 1260, les citadins. Rodolphe de Habsbourg, l'empereur germain, valide cet affranchissement avec de nouveaux privilèges pour les Rhénans. Guillaume de Diest ne l'entend pas ainsi et tente de recouvrer les anciennes prérogatives épiscopales, entre 1395 et 1422, en suscitant une nouvelle guerre.

L'ère de l'imprimerie arrive avec Gutenberg, vers 1440, dans une ville qui connaît, déjà, un essor enviable. Strasbourg assoit et étend son influence sur les terres de son voisinage pendant trois siècles. La ville est secouée par le mouvement de la Réforme. Calvin y tint tribune, avec divers succès, sans pour autant anéantir, en totalité, l'audience des catholiques. Les Strasbourgeois assistent au partage de l'évêché, après 1592, quand la compétition entre le cardinal Charles de Lorraine, élu par les chanoines catholiques, et Jean-Georges de Brandebourg, élu par les chanoines protestants, se solde par un schisme provisoire.
La Guerre de Trente ans et l'annexion française n'apportent à Strasbourg que de la précarité. Le rattachement officiel, de 1681, se fait mais avec un maintien de privilèges sur les territoires du Strasbourgeois.

Vient ensuite le nouveau transfert immanent à la reddition, après sept semaines de siège, aux armées de Bismarck. Strasbourg retrouve, dans la douleur pour beaucoup, notamment parmi l'élite, ses marques germaniques, pour 48 ans, et n'est libérée que le 22/11/1918.
Le Reich revient à la charge, en 1940, et Strasbourg, occupée par les nazis, attend, une nouvelle fois, de réintégrer l'Hexagone. Leclerc grave l'image d'Epinal libératrice que tout le monde connaît, le 23/11/1944.

Strasbourg interpellée, aussi souvent, par les vicissitudes de l'histoire mérite bien, après tous ces revirements, de poinçonner l'Europe en devenant un de ses carrefours les plus figuratifs. Conseil de l'Europe, Parlement européen, Commission et Cour européennes des droits de l'homme, Centre européen de la jeunesse, Commission centrale pour la navigation du Rhin, Fondation européenne de la science, Institut international des droits de l'homme, Faculté internationale de droit comparé s'installent dans ce site chargé d'histoire où quatre courants philosophiques de pensée monothéistes tissent la trame d'une concorde, certes perfectible, mais o combien symbolique de réussite collégiale.

Autre symbole deux femmes, Catherine Trautman et Fabienne Keller, de sensibilités différentes, ont accédé -et là c'est une première pour une cité de cette importance- au premier levier de l'exécutif municipal.





 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Le nom de Strasbourg, assemblage logique et naturel de stras, la rue, et bourg, a supplanté, depuis 15 siècles, l'ancienne Argentoratum, village gaulois de pêcheurs et de chasseurs.






 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Géographique 
     
     
  La métropôle de l'Alsace, chef lieu du Bas-Rhin, s'incrit sur les deux rives de l'Ill et borde la R.G du Rhin.

A 143 mètres d'altitude les proches reliefs d'Alsace, des Vosges et de la Forêt noire ont, par leur érosion, donné au secteur strasbourgeois un riche sillon d'alluvions qui sert de socle aux superbes espaces verts de cette agglomération gigantesque.

Strasbourg connecte tous les moyens de transports, routiers, autoroutiers, ferroviaires, fluviaux et aériens.

Le rôle de porte de l'Allemagne apporte à cette cité un rayonnement historique largement complété par les capacités créatives de ses habitants.



 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  Signification du blason :
Le fond blanc barré de rouge correspond aux armes des Comtes puis des Evèques de Strasbourg. Elles furent adoptées pour le blason de la ville au début du XVIe siècle, quand Strasbourg devint ville libre du Saint Empire Romain Germanique.

Composition de l'écusson :
L'écusson représente le blason de la ville en arrière plan. Le bâtiment au centre est la cathédrale gothique Notre-Dame qui fut construite en grès rouge du XIe au XVe siècle. La cigogne représente l'Alsace, comme c'est le cas sur l'écusson des Trois Epis.

Sources : la Banque du Blason







 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

Rédacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gère aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Bergerac - Creysse - La Force - St Capraise De Lalinde - Lanquais - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Larzac - St Laurent La Vallée - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - St Pardoux Et Vielvic - St Germain De Belves - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Campagne - Cazoules - Savignac Les églises - Montferrand Du Perigord - St Avit Senieur - Bouillac - Le Buisson De Cadouin - Pezuls - Limeuil - Capdrot - Monpazier - Mazeyrolles - Besse - Loubejac - Prats Du Périgord - Villefranche Du Perigord - St Cernin De L'Herm - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur Baïse - Castelmoron D'Albret - Agen - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Condezaygues - Sauveterre La Lemance - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Beaumont-en-Verdunois - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
Auteur de la fiche "Strasbourg" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Strasbourg

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Strasbourg
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Alsace > Rhin (Bas) > Strasbourg (67000)
Nb d'habitants    267051 
Superficie (hectares)    7826 
Densité (h/km²)    3412 
Altitude (en mètres)    143 
Nom des habitants    Strasbourgeois.