Quelque part en France - L’encyclopédie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue l’encyclopédie interactive des villes et villages de France. Son principe est d’offrir le visage de la France dessiné par ses habitants eux-mêmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet d’informer.Quelque part en France permet de s’informer.


 


Belves
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
     
voir les photos     
  Belvès veut être un des plus beaux villages de France et affiche cette référence à ses portes.
Un site troglodytique, habité au XIIIème, occupe une partie souterraine de la localité.
Le castrum millénaire, véritable repère d'histoire locale, vous invite à découvrir, au passage, le volume de son château, de parcourir la saisissante rue Rubigan, de flâner sous sa magnifique halle, comptable de 5 siècles, et témoin muet de bien odieux supplices à son pilori. Ne manquez pas, non plus, la Tour de l'auditeur du XIème et l'Hôtel Bontemps du XIIème. A Belvès les lieux nous donnent leur nom avec poésie ou allégorie. La rue de l'Oiseau qui chante, le quartier du Bout du Monde illustrent la campagne et le côté "nombriliste" des Belvésois. D'autres rues évoquent le relief. Les côtes de l'Oratoire, des Pénitents, du Terriol et le Barry rappellent l'aspect collinaire des lieux.
On notera que Belvès, hier, se targuait d'être desservie par le chemin de fer. Son maire, André Déjean de Fonroque, mandatures du 15.5.1904 au 15.2.1942, était, par ailleurs, le "patron" des chemins de fer de l'Etat.

Le village s'est même offert un aérodrome depuis 90 ans. Il est aujourd'hui, à 5 km du centre, sur un plateau nommé Camp de César parce qu'il fut visité par une légion romaine.

Les Belvésois ont toujours eu, aussi, une considération pour la culture et, depuis longtemps, les établissements scolaires, relais de l'ancienne E.P.S, ont acquis une forte résonance dans le secteur.




 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Belvès n'est pas, comme ses voisins Monpazier, Beaumont, Villefranche ou Domme, une bastide. Le bourg fortifié depuis le XIème siècle présente encore de superbes reliefs de ses remparts qui ceignaient le vieux castrum. Cet observatoire, bien entendu, avait une mission stratégique en bordure de la Bessède, forêt propice aux préparations d'opérations militaires. Comme toutes les cités médiévales Belvès, dite "ville aux sept clochers", a été façonnée par l'emprise religieuse. Le monastère bénédictin du XIème est relayé au XVème par un autre qui dispensait à l'élite un enseignement réputé. Le sanguinaire et impitoyable catholique Blaise de Lasseran de Massencome dit Monluc (ou Montluc), le 7 ou 8 octobre 1562, s'arrêta à Belvès qu'il trouva joli. Il y déjeuna et passa ses troupes en revue. Le maréchal allait, lors d'un carnage épouvantable, comptant environ 6000 morts, mettre en pièce les huguenots à Vergt.
Les huguenots, eux, assiègent la place de Belvès, en 1569, et la prennent; pour un court moment.

La cité a bénéficié, en son temps, d'une charte de privilèges.

Belvès promu district, après la grande Révolution, à la tête des cantons de Limeuil, Cadouin, Montferrand, Beaumont, Monpazier, Villefranche et Orliac se contente, aujourd'hui, de sa modeste division du Val de Nauze.

Belvès annexe, depuis le 1er janvier 1973, Fongalop -fontaine gauloise des loups- ce qui lui donne les sources de la Couze. Depuis 2003 cette commune dissoute jouit de l'installation de la salle des fêtes de la commune.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Les Bellovaques, tribu celtique du IIIème avant notre ère, pourraient être les géniteurs du nom de la cité.
Plus proche de nous les édiles de la localité avaient imaginé, dans les années 50, un label "Belvès belvédère du Périgord noir" qui étayait, de son empreinte, le cachet de la poste.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  N.D de Capelou.

Eugène III mentionne, en 1153, la chapelle 'Sancta Maria de Capella' parmi les dépendances de l'abbaye de Sarlat. La chapelle initiale connut quelques incursions profanatrices au cours des guerres de religion, des belligérances locales et de la Révolution. La statue du sanctuaire fut remplacée, après 1793, par une Piéta de la toute proche abbaye bénédictine de Fongauffier. Capelou, comme Lourdes, présente une "fontaine miraculeuse", déplacée, sur prescription de l'abbé Cogniel, pour des raisons techniques en 1825, qui s'épanche vers le Raunel. L'actuel ensemble de constructions, s'inscrit dans un agreste cadre bucolique de verdure, fortement remanié entre 1860 et 1872, il se substitue au sanctuaire initial.

Les pèlerinages, dont le point d'orgue se situe dans la deuxième décade de septembre, au début du siècle précédent n'ont guère été affectés des déconvenues immanentes au Saint-Suaire de Cadouin. Ils accueillent toujours de nombreux fidèles.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Divers 
     
     
  Les informations figurant dans ces fenêtres sont le résultat de recherches et d'assemblages divers. Largement faillible je reste, bien entendu, accessible à toutes les remarques et critiques pertinentes pour enrichir les textes et les galeries photographiques; voire redresser les éventuelles erreurs ou imperfections.

Plusieurs personnes, vivantes ou décédées, constituent, ou ont constitué, la mémoire de Belvès. L'historien Albert Vigié, certes, au début du siècle, mais plus proche de nous Jean-Noël Biraben, Jean Rebière et Michel Carcenac nous émerveillent par la passion de leur cité qu'ils tiennent à nous faire partager.

L'impasse sur Guy de la Nauve, rédacteur d' Annaïs Monribot, -personnage imaginaire mais o combien proche d'une réalité comico-dramatique-, serait une grave lacune.

Belvès, comme tous les villages de France, a connu quelques personnages durs, voire méprisables, certes, mais combien de braves belvésois laissent aux anciens leurs images, hélas évanescentes, empreintes de truculence, de "grandeur", et... d'authenticité.

Je n'en citerai aucun tant il serait injuste d'en favoriser un seul.

Pierre FABRE.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rédacteur 
     
     
  Pierre FABRE

05 53 29 07 50

E-Mail: pierrefabre@infonie.fr

Rédacteur libre.

Diverses fiches amorcées et présentes sur le site concernent des villages meusiens disparus lors de la Première Guerre mondiale:
Beaumont-en-Verdunois, Bezonveaux, Cumières, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-Côte-du-Poivre, Ornes et Vaux-devant-Damloup .

Bien d'autres localités figurent dans le listage des communes découvertes par le site. Le chantier, par essence, reste et restera toujours inachevé.




Les internautes qui découvriraient des erreurs, des imperfections ou des omissions seront, naturellement, les bienvenus s'ils me font part de leurs remarques.

Contact: pierrefabre@infonie.fr

Pierre FABRE gère aussi les localités suivantes :
Reillanne - Drap - Gattieres - Vireux Molhain - Marseille - Arles - Aubagne - Martigues - Dives Sur Mer - Perigueux - Bergerac - Creysse - La Force - Lanquais - St Capraise De Lalinde - Doissat - Monplaisant - Carves - St Pompon - Grives - Salles De Belves - St Amand De Belves - Cladech - St Pardoux Et Vielvic - St Germain De Belves - Belves - Sagelat - Siorac En Perigord - Ste Foy De Belves - Larzac - St Laurent La Vallée - Sarlat La Caneda - Veyrines De Domme - Domme - Le Bugue - Journiac - Mauzens Et Miremont - Campagne - Cazoules - Savignac Les églises - Montferrand Du Perigord - St Avit Senieur - Le Buisson De Cadouin - Bouillac - Limeuil - Pezuls - Monpazier - Capdrot - Besse - Loubejac - Prats Du Périgord - Villefranche Du Perigord - St Cernin De L'Herm - Mazeyrolles - Salignac Eyvignes - Boulazac - Gisors - Fources - Valence Sur Baïse - Castelmoron D'Albret - Agen - Sauveterre La Lemance - St Front Sur Lemance - Cuzorn - Condezaygues - Le Pont De Montvert - St Germain De Calberte - Florac - Toul - Bar Le Duc - Cumieres Le Mort Homme - Verdun - Bezonvaux - Beaumont-en-Verdunois - Fleury Devant Douaumont - Haumont Pres Samogneux - Samogneux - Louvemont Cote Du Poivre - Ornes - Vaux Devant Damloup - Hennebont - Dives - Calais - St Omer - Capvern - Aurensan - Soues - Bazet - Strasbourg - Lyon - Venissieux - Paris - Le Treport - Veules Les Roses - Friville Escarbotin - Conteville - Ault - Entraigues Sur Sorgue - Joncherey - St Denis - Ivry Sur Seine - Vitry Sur Seine - Asnières Sur Oise 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
Auteur de la fiche "Belves" : Pierre FABRE
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Belves

Votre prénom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Belves
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Aquitaine > Dordogne > Belves (24170)
Nb d'habitants    1528 
Superficie (hectares)    2448 
Altitude (en mètres)    190 
Nom des habitants    Belvésois (autrefois, aussi, les Belvésiens)