Quelque part en France - Líencyclopťdie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue líencyclopťdie interactive des villes et villages de France. Son principe est díoffrir le visage de la France dessinť par ses habitants eux-mÍmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet díinformer.Quelque part en France permet de síinformer.


 


St Martin Labouval
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Actualitť 
     
voir les photos     
  A d√©couvrir l'action men√©e par l'association des Habitants et des Amis de La Toulzanie dont la pr√©sidente Mme Aline Langlois (05 65 81 10 71 et 05 65 31 27 84) recherche des moyens efficaces pour lutter contre l'√©rosion de la falaise. Cette √©rosion importante et dangereuse est due aux chocs thermiques mais aussi au ruissellement de l'eau. La source appel√©e ¬ę le Touron ¬Ľ jaillit au beau milieu de la falaise. Quant aux vibrations provoqu√©es par le passage √† grande vitesse de camions et d'autocars elles acc√©l√®rent la fissuration d'un calcaire assez fragile. Un autre probl√®me pas plus facile √† r√©soudre vient de la rivi√®re Lot qui creuse sous les berges...

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Tourisme 
.
     
     
  Un bon restaurant à l'entrée du bourg " La Safranière" ( 05 65 30 04 85 )et des gites très agréables qui sont retenus longtemps à l'avance.Renseignements à la Mairie ou pour le causse de Nougayrac auprès de Mme Catherine Haulleville au 05 65 31 20 60.
Camping le plus proche à Cénevières: Camping Municipal Grand Pré**. Tel 05 65 31 28 16.
Promenades pédestres au départ de St Martin :
- le Cayre 2km ;
- les Cazelles avec les"Chemins qui parlent";
- le chateau de Cénevières 3 km.(Château Renaissance, ancien château fort - ouvert tous les jours, de Pâques à la Toussaint, de 10h à 12h et de 14h à 18h (en octobre ouvert de 14h à 17h).
Tel : 05 65 31 27 33 Fax : 05 65 31 38 08


Syndicat d'initiative rattaché à celui de St Cirq Lapopie.
Office de Tourisme Lot Célé
Place du Sombral 46330 Saint Cirq
Tél-télécopie 05 65 31 37 02


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Sur les chemins du Lot.
Par Jean Masbou
Le Cayre

La matin√©e est d√©j√† bien avanc√©e lorsque nous quittons l’Oustal Bugueret pour entamer une mise en train garantie sans alcool. Pas le moindre risque r√©el puisqu’il n’y a plus un seul caf√© dans le village. Le dernier a disparu il n’y a pas si longtemps mais comme il n’√©tait gu√®re convivial il est d√©j√† sorti de nos m√©moires. En fait cette promenade presque quotidienne nous aide √† conserver une forme physique, s√©rieusement menac√©, par notre participation militante √† tous les rites de la gastronomie quercynoise.

Nous traversons la place sous les platanes centenaires qui tendent leurs moignons vers le ciel comme pour le prendre √† t√©moin de la perfidie des hommes. Un peu plus loin nous rencontrons l’√©picier qui se chauffe au soleil devant son magasin √† la fa√ßon d’un matou prudent. A peine venions-nous de le d√©passer qu’un fort bruit nous alerta ! En retournant sur nos pas nous constatons alors que notre homme court en direction de l’√©glise . Tiens, le grand chien roux qui tra√ģnait sur la place a disparu !
Voil√† un myst√®re que nous n’√©claircirons sans doute jamais et cela ne sera pas le seul?
L’√©picerie est d√©sormais l’unique commerce du village , elle vivote et son propri√©taire ne semble plus tr√®s s√Ľr de son avenir mais notre homme ne semble ni d√©sesp√©r√© ni amer . D’un naturel serviable il est devenu le d√©positaire de la cl√© de l’√©glise et il a accept√© la responsabilit√© des cloches , simplement pour faciliter la vie du village.
Notre beau village, lui il se meurt doucement dans l’indiff√©rence, les jeunes ont d√©sert√© ,l’√©cole est en sursis et l’√©quilibre actuel semble bien fragile. Alors chaque fois que le glas s’emballe tout le village frissonne ! Mais surtout n’allez pas croire que pour autant l’activit√© des ¬ę langues bien pendues ¬Ľ en soit ralentie . Pas du tout, elles prennent toujours grand plaisir √† colporter des histoires pas toujours anodines!

Cette rue √©troite dans laquelle nous progressons d’un bon pas permet de faire le tour du village ou de gagner le bord de la rivi√®re . A l’√©poque lointaine o√Ļ le Lot √©tait une rivi√®re navigable beaucoup de commerces prosp√©raient dans ces maisons aujourd’hui ferm√©es. Une tradition bien respect√©e voulait qu’√† la nuit tombante, les mariniers rev√™tus de leurs vestes bleues, leurs chapeaux de cuir sur la t√™te quittent leurs gabares pour gagner les tavernes qui avaient pignon sur les ruelles du fond du bourg. Le fameux petit vin de coteaux qui a disparu, depuis l’arriv√©e du phyllox√©ra, y coulait alors √† flots. Ces mariniers devaient √™tre des hommes extr√™mement tranquille puisque dans les archives locales on ne trouve pas la trace de rixes et pas davantage d’√©chos sulfureux ! Pas de doute, si des dames de petites vertus ont offici√© ici, elles venaient s√Ľrement d’ailleurs car il est √©tabli que depuis la nuit des temps nous n’avons eu que de vertueuses grand-m√®res vou√©es √† la Vierge!
Stimul√©s par le petit vent frais, nous pressons le pas et nous arrivons √† l’ancien ¬ę Pouzadou ¬Ľ des lavandi√®res. C’est un Lot anormalement calme qui se pr√©sente √† nous et seules les poules d’eau animent un peu ce paysage presque fig√©. Il semble bien que ce soit la pluie d√©faillante qui ait mis la rivi√®re dans cet √©tat l√©thargique? M√™me les oiseaux familiers du bief qui profitent des arbres de la berge pour soigner leur toilette en se mirant dans l’eau l√©g√®rement trouble de cette rivi√®re paresseuse , semblent manquer d’entrain et voil√† qu’aujourd’hui, le h√©ron cendr√© pourtant fid√®le nous fait faux bond.
Nous avan√ßons maintenant dans un chemin herbeux entre la rivi√®re et des jardins qui ne nous semblent pas √™tre au meilleur de leur forme ? L’hiver est peut-√™tre le responsable de cette situation, mais il se pourrait bien que le village manque de quelques jardiniers z√©l√©s et peut-√™tre aussi de bras muscl√©s ! Nous passons maintenant devant la maison d’un paroissien class√© loquace qui a cette heure d√©guste sans nul doute et avec application un petit plat mitonn√© dont son √©pouse a le secret !
La croix blanche est en vue. Cette banale croix rafistol√©e, plant√©e l√† on ne sait plus trop pourquoi, marque le point de rencontre de deux chemins qui viennent du village. De l√† on peut longer la rivi√®re ou , si l’on tourne sur la droite, aller rejoindre la route d√©partementale. Nous optons pour cet itin√©raire et nous empruntons, un court moment, la route bitum√©e avant de nous glisser sous la voie du chemin de fer.
Le Cayre est aujourd’hui le but de notre promenade. Ce lieu-dit, dont la consonance exotique incite au r√™ve, a √©t√© dans un pass√© lointain le si√©ge d’un petit prieur√© qui n’a jamais eu de liens avec Le Caire la grouillante capitale d’Egypte mais ce Cayre lotois, g√©n√©reusement ensoleill√©, nous attire incontestablement!
Nous longeons le remblai de cette voie ferr√©e qui serpente tout au long de la vall√©e depuis Cahors jusqu’√† Capdenac. Cette ligne n’est plus exploit√©e par la SNCF mais elle est, depuis quelques ann√©es, utilis√©e √† la belle saison, par une association de courageux nostalgiques du monde ferroviaire . Gr√Ęce au d√©vouement de ses b√©n√©voles ¬ę Quercy Rail ¬Ľ fait circuler sur la ligne des convois d’un autre √Ęge permettant, √† des vacanciers assez √©tonn√©s, de d√©couvrir des paysages d’une grande beaut√© . Alors , √† chacun de nos passages, nous donnons volontiers un grand coup de chapeau √† cette √©quipe courageuse !
Pendant que nous progressons sur le chemin d√©grad√© qui monte doucement vers la falaise et le Causse de Nougayrac, mon esprit vagabonde. Je revois mon p√®re, sur son impressionnante locomotive √† vapeur, une 5800 am√©ricaine, qui se pr√©pare a faire une entr√©e fracassante dans la gare de St Martin remplie de voyageurs endimanch√©s ! M√©canicien de route √† la Compagnie du PO-Midi, mon p√®re, a durant la plus grande partie de sa vie, jou√© quotidiennement dans ¬ę la b√™te humaine ¬Ľ sans devenir c√©l√®bre comme ce M. GABIN qui lui n’a tenu ce r√īle qu’une seule fois le temps d’un film !
Apr√®s avoir marqu√© un arr√™t reposant sur une ancienne traverse de la voie transform√©e en banc rustique plac√© fort √† propos √† l’embranchement du Suquet, nous repartons pouss√©s par un vent frisquet. Tout en marchant, je ne sais pas pourquoi je pense au destin √©tonnant de cette traverse transform√©e en banc. Il me semble que cette vielle traverse, qui a subit le passage de tant de convois, a particuli√®rement bien r√©ussi sa reconversion? Il est vrai que dans notre France d’en bas, on parle beaucoup de reconversion? Alors je me sens comme contamin√© ?
Nous arrivons en vue de la fontaine et d√©j√† les buis et la falaise nous prot√©gent du vent , la temp√©rature est, tout √† coup, beaucoup plus douce. Nous avons m√™me la sensation √©tonnante d’avoir p√©n√©tr√© dans un autre monde !
O√Ļ est-ce encore le souvenir de l’accident survenu √† cet l’adolescent attir√© par l'aspect pionnier d'aventures qui ne se terminaient pas toujours bien? Ce fervent admirateur des grands de l’alpinisme, qui en voulant s’essayer √† la varappe dans cette falaise fragile, n’a finalement d√Ľ son salut qu’√† la chance ?
Tout cela est bien loin et je me sens pour le moment si bien !

C’est cette fontaine qui a permis aux hommes de s’√©tablir sur le site du Cayre et les anciens affirment que la source n’a jamais tari. Les premiers habitants des cazelles de Nougayrac venaient, pr√©tendent-t-ils, s’y approvisionner en eau potable, en p√©riode s√®che par un sentier tr√®s escarp√©.
Pour gagner l’abri de la falaise nous empruntons un √©troit sentier qui se faufile entre buis et buissons . Une premi√®re ruine appara√ģt, dans laquelle nous identifions facilement les restes d’un four , puis sous la vo√Ľte les vestiges d’un ch√Ęteau de falaise attestent que ce lieu a √©t√© habit√© depuis la nuit des temps ! La position pr√©sente certes beaucoup d’avantages. Dispos√©e en arc de cercle la falaise offre un bon abri d’o√Ļ l’on peut facilement surveiller vall√©e et rivi√®re. Cet ensemble naturel ressemble √† une sorte de grande oreille qui amplifie tous les bruits qui parviennent de la plaine . Ce lieu fut, sans nul doute, un formidable poste de guet ! Les taillis d√©garnis par l’hiver nous r√©v√®lent de nombreuses traces d’habitations nous rappelant qu’autrefois une collectivit√© assez importante vivait ici . Dans les archives, la trace des redevances pay√©es par les hommes du Cayre √† leur seigneur a bien √©t√© retrouv√©e .

Seules deux maisons ont été reconstruites . Elles sont occupées seulement en été pendant de courtes périodes. Aussi offrent-elles aux cambrioleurs amateurs ou professionnels, un cadre idéal pour leurs travaux pratiques de remise à niveau .
Heureux propriétaires ?

Assis sur un muret de pierre s√®che , √† l’abri du vent , face au soleil, nous profitons d’une vue unique sur les villages de l’autre rive .C’est un magnifique tableau champ√™tre o√Ļ rien ne bouge que nous contemplons . Pas le moindre bruit ne nous parvient. Il est vrai qu’√† cette heure, chacun sacrifie au rite sacro-saint du d√©jeuner, avec plus ou moins de bonheur !
Mon regard scrute le Lot ou nul bateau n’est visible. Je ne m’attends certes pas a voir surgir, dans la courbe de la rivi√®re, un quelconque radeau charg√© de bois et pas davantage de voile carr√©e annon√ßant une fi√®re gabare. Mais tout de m√™me un bateau plus petit , tout √† fait typique, eut √©t√©, me semble-t-il tout √† fait √† sa place. L’authentique plate du Lot construite en bois √©tait poss√©d√©e, il n’y a pas si longtemps encore par presque tous les villageois. Aujourd’hui des copies en mati√®re plastique les ont remplac√©es !
Mon p√®re a dispos√©, lui aussi, de ce type de bateau et avait √©quip√© le dernier d’une queue de poisson rudimentaire . Il s’agissait de la copie d’une pi√®ce qui lui avait sembl√© bien trop co√Ľteuse √† acqu√©rir dans le commerce nautique. Alors, il avait longtemps examin√© le mod√®le qu’il avait ensuite r√©alis√© √† sa fa√ßon avec des mat√©riaux de r√©cup√©ration. Apr√®s quelques t√Ętonnements il avait r√©ussi √† faire avancer son bateau d’une main et √† p√™cher, en m√™me temps, de l’autre!
A ce que je sache, il n’y a pas eu d’autres exemplaires de ce type de propulseur dans notre bief ! Ce bateau comptait beaucoup pour mon p√®re et je suis certain qu’il a contribu√© √† son bonheur! Lui qui travaillait dur, dans un fracas assourdissant et par tous les temps trouvait sur la rivi√®re le calme et la d√©tente dont il avait besoin ! Reconnu bon p√™cheur il ne mangeait jamais ses captures , il aimait simplement fl√Ęner sur l’eau mais c’est vrai qu’il n’en buvait qu’avec mod√©ration . Plus angoissant encore , il ne savait pas nager ! Tout gamin il √©tait tomb√© dans cette rivi√®re. Cela s’√©tait pass√© √† Clayrou, dans la haute vall√©e pas tr√®s loin de la maison paternelle. Le courant l’avait entra√ģn√© mais par chance il avait r√©ussi a saisir des osiers au passage et il en avait √©t√© quitte pour une bonne grosse peur. La rivi√®re n’ayant pas voulu de lui, il la fr√©quentait depuis sans aucune crainte apparente en prenant, quelques pr√©cautions, ce qui n’est pas du tout certain !

Le chemin qui dessert le Cayre d√©crit, √† partir du pont ferroviaire, une large boucle montante qui permet aux v√©hicules des r√©sidents de ce lieu exceptionnel, d’√©viter des manœuvres d√©licates. Nous redescendons facilement par l’autre versant sans avoir rencontr√© de promeneur ce qui est pour une surprise car la marche est toujours √† l’honneur dans le village. Un peu plus bas, nous retrouvons le chemin qui longe la voie ferr√©e et cette fois nous l’empruntons en direction de Capdenac . Nous rejoignons facilement la route du Causse au passage √† niveau (PN 240) et cela me ram√®ne √† mon p√®re qui lorsque j’√©tais enfant n’h√©sitait pas a stopper son train √† cet endroit afin de me permettre de grimper sur sa locomotive. Quel bonheur pour moi d’assister, du haut de ce monstre d’acier, qui crachait la vapeur, √† l’entr√©e en gare. Le roi n’√©tait s√Ľrement pas mon cousin lorsqu’il m’autorisait √† donner les coups de sifflet r√©glementaires !

Nous voil√† presque de retour √† notre point de d√©part. L’oustal Bugueret n’est plus bien loin. Quant √† nos estomacs ils semblent tout √† fait dispos√©s √† attaquer s√©rieusement le plat de
¬ę Mongettes* ¬Ľ qui nous attend au chaud. Cela devrait nous permettre de reprendre imm√©diatement les quelques grammes perdus durant cette agr√©able promenade ap√©ritive.

Jean Masbou

* ¬ę mongettes ¬Ľ : gros haricots blancs, si possible fra√ģchement √©coss√©s et cuisin√©s chez nous avec des quartiers de canard et des couennes de lard confit.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Saint Martin tire son nom de l'√©v√™que de Tours venu √©vangiliser avec ses √©mules...
Labouval (à l'origine LA BOBAL) qui signifie marché aux boeufs...


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Eglise catholique sur la place desservie par le cur√© de Tour de Faure

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Gťographique 
     
     
  Commune du canton de LIMOGNE au relief extr√™mement vari√©. Le bourg est au bord de la rivi√®re mais d'importantes implantations sont situ√©es sur le causse argilo-calcaire .En direction de Cajarc , apr√®s le pont qui permet de gagner C√©nevi√®res, arr√™tez-vous dans le pittoresque hameau de La Toulzanie coinc√© entre rivi√®re et falaise pour admirer les maisons troglodytes, le moulin du XIIIe si√®cle et la g√©n√©reuse source du Pesqui√©. Toutefois il est certain que cette tr√®s belle falaise , o√Ļ les chutes de pierres sont fr√©quentes, inqui√®te s√©rieusement les riverains surtout depuis novembre 1998 o√Ļ un rocher s’est d√©tach√© et a termin√© sa course dans une cabine t√©l√©phonique en bordure de la route d√©partementale 662.

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Vie locale 
     
     
  Il y avait un seul Commerce .L' épicerie -dépot de pain-presse situé
sur la place devant l'église vient de disparaitre !

Dernière minute: le batiment vient d'être acheté par la municipalité!
Que vont-ils en faire ? Peut-être un cabinet médical ?

Marchés les plus proches : LIMOGNE (12 km) le dimanche matin et Cajarc(14 km) le samedi après midi


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Rťdacteur 
     
     
  Jean Masbou gŤre aussi les localitťs suivantes :
Cahors - St Martin Labouval - F√©camp 


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Adresses utiles  
  http://www.quercyenfrance.com/
http://www2.ac-toulouse.fr/lyc
http://perso.wanadoo.fr/calvig
http://www.valleedulot.com
   
 

  Education  
  Nombre d'√©coles primaires : 1
   
 

  Administratif  
  Lundi de 9H √† 12H
Mardi de 9H à 12H
Jeudi de 9H à 12H

Mairie-Ecole Au bourg
Secrétaire de Mairie : Madame LADES Françoise
05 65 31 28 13
ANDISSAC Bernard
   
 
Auteur de la fiche "St Martin Labouval" : Jean Masbou
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur St Martin Labouval

Votre prťnom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


St Martin Labouval
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Midi-Pyrénées > Lot > St Martin Labouval (46330)
Nb d'habitants    179 (2002)
Superficie (hectares)    1349 
Coordonn√©es G√©ographiques (latitude;longitude)    44.47¬įN - 1.73¬įE 
Altitude (en m√®tres)    146-278 
Nom des habitants    St martinois 
Nombre d'√©coles primaires