Quelque part en France - Líencyclopťdie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue líencyclopťdie interactive des villes et villages de France. Son principe est díoffrir le visage de la France dessinť par ses habitants eux-mÍmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet díinformer.Quelque part en France permet de síinformer.


 


Dahlenheim
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
 
     
voir les photos     
  Dahlenheim et le Vin,...
une Tradition séculaire,...
un Grand Cru...
Le soleil, dit-on, se l√®ve √† Dahlenheim et reste accroch√© dans son ciel jusqu'au coucher. Cel√† bien s√Ľr par allusion √† l'orientation de son vignoble occupant le versant m√©ridional de la colline du Scharrachberg.

A l'écart du tourisme drainé par la Route des Vins, le village de 580 habitants n'a pas besoin de vitrines pleines de bouteilles pour accrocher l'oeil du passant, ses vins sont appréciés comme ils le furent il y a plus de 10 sciècles lorsque l'évèque de Strasbourg prit possession de la localité au bas Moyen-Age et céda des parcelles du vignoble aux ordres monastiques.
Vignoble de Dahlenheim,...
Vignoble de la Couronne d'Or
L'Histoire a l√©gu√© aux 19 communes de la Couronne d'Or un riche h√©ritage : de verdoyants paysages s'offrant √† la caresse du regard, une faune et une flore largement pr√©serv√©es face aux agressions de la modernit√©, des villages o√Ļ veillent des t√©moins architecturaux du pass√©, une qualit√© de la vie devenue rare aujourd'hui.

Générosité du climat et des sols, respect de la tradition et protection de l'environnement, les vignerons de la Couronne d'Or se sont engagés à ne commercialiser sous ce label que des vins choisis.

Cette intransigeance commence dès la taille, sévère pour amener la vigne à donner le meilleur d'elle-même ; elle se poursuit par l'utilisation des techniques douces dans les soins de la plante ; elle explique la fidélité aux vendanges manuelles et la limitation volontaire des rendements. Une dégustation conclut cette sélection, du cep à la bouteille...

A l'Ouest de Strasbourg, le long des Vosges, un ruban de collines couvertes de vignobles attire (les pas de) celui qui sait go√Ľter les joies de la nature. Lov√©s contre les coteaux, les terroirs de la Couronne d'Or accueillent le promeneur - oenophile ou gourmet, citadin stress√© ou touriste en vacances - soucieux de retrouver le rythme des saisons et de savourer les "fruits de la terre et du travail" des femmes et hommes qui, depuis des g√©n√©rations, consacrent leur labeur quotidien au symbole v√©g√©tal de la civilisation occidentale - vitis vinifera.

Un des objectifs avoués de l'association La Couronne d'Or est de vouloir faire redécouvrir les trésors insoupçonnés des villages du vignoble.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  En 1251, l'√©v√™que Henri de Strasbourg, qui venait de faire le si√®ge du ch√Ęteau de Hohenstein, reconnait au chapitre de Niederhaslach qu'il a subi des dommages lors de cette campagne. Pour indemniser les chanoines, il leur accorde sa part √† la d√ģme qu'il per√ßoit √† Dahlenheim, en l'occurrence 9 mesures de c√©r√©ales d'hiver et 9 Ohms de vin! Depuis le XlIe si√®cle au moins, l'√©v√™que de Strasbourg est le suzerain du village et c'est de lui que les nobles de F√©n√©trange (Finstingen) vont tenir le lieu en fief.

On peut évidement se demander pourquoi tant d'institutions religieuses s'intéressaient à des propriétés à Dahlenheim. Il s'agit avant tout de revenus en vin et de propriétés de vignes. Les monastères avaient d'importants besoins en vin pour leurs cérémonies religieuses, mais aussi pour l'usage du quotidien. On peut donc en conclure que le vin produit à Dahlenheim devait être d'exellente qualité.

De F√©n√©trange, la moiti√© du village passe au pr√©v√īt (Vogt) de Wasselonne (1351). L'autre moiti√© rest√©e int√©gr√©e aux propri√©t√©s de l'√©v√™ch√© de Strasbourg est incorpor√©e au bailliage de Molsheim, puis √† celui de Dachstein. Enfin, en 1437 c'est la famille des Hohenstein qui apparait comme propri√©taire de la moiti√© du village. La situation seigneuriale est d'ailleurs fort complexe. A partir du XlVe si√®cle, les nobles de Hohenstein se voient confirm√©s comme suzerains la moiti√© du village, l'autre moiti√© restant aux F√©n√©tranges. Mais voil√† que le dernier des F√©n√©trange d√©c√®de. L'h√©ritage passe en 1467 √† son gendre, Nicolas de Moers-Saarwerden. Celui-ci caresse alors l'espoir de cr√©er un chapitre de chanoines √† F√©n√©trange et pense capter les revenus de la cure de Dahlenheim pour en doter son chapitre. Dans un premier temps, il trouve un arrangement avec le cur√© desservant de Dahlenheim, Jean Agram. Celui-ci deviendrait membre du chapitre et am√®nerait ainsi les revenus de sa cure. Sans doute Jean fit-il ses propres calculs car tr√®s vite il revint sur sa d√©cision et pr√©f√®re rester cur√© dans le village de Dahlenheim. Ce curieux personnage aura d'ailleurs, par la suite, bien des probl√®mes financiers qui semblent accaparer l'essentiel de son temps!

En 1480, nouveau changement de seigneur à Dahlenheim. A la mort de Jacob de Hohenstein la moitié du village passe à son gendre Daniel de Mullenheim. Du coup, les autres membres de la famille de Hohenstein protestent et portent l'affaire en justice. Lorsque le verdict tombe enfin en 1516, déboutant les Mullenheim, les plaignants sont tous décédés! L'évêque de Strasbourg récupère tout simplement son bien en l'intégrant au bailliage épiscopal de Dachstein.

Bien d'autres seigneurs poss√®dent au XVIe si√®cle des propri√©t√©s au village. Ainsi les nobles de Geroldseck y tenaient une cour colong√®re; l'abbaye de Neubourg y avait un ¬ę G√ĽItgut ¬Ľ (un bien qui fournit une rente) qui passera en 1558 aux Rechburger qui en √©taient encore en possession en 1627. Au fil de l'histoire, nous rencontrons aussi une famille noble dite de Dahlenheim inscrite dans l'obituaire de l'abbaye de Honau sous le nom de Cunon en 1102. Les chr√©tiens s'inscrivaient √† l'√©poque dans ces livres tenus par les monast√®res afin que les moines prient pour le repos de leur √Ęme apr√®s leur mort. Le dernier membre connu de la famille est Peter von Dahlenheim, Unterlandvogt. C'est donc un haut fonctionnaire en poste √†
Haguenau o√Ļ si√®ge le corps des fonctionnaires administrant la ¬ę Landvogtei ¬Ľ (grand baillage).

Dans le domaine religieux on ne sait quand fut construite la premi√®re √©glise du village, mais tr√®s certainement avant l'an 1221 qui nous apporte la premi√®re mention de l'existance du sanctuaire. Cette m√™me ann√©e le pr√©v√īt du chapitre de l'abbaye de Haslach installe le pr√™tre (Pleban) Ulric, ce qui d√©pla√ģt profond√©ment aux paroissiens qui estiment qu'il leur appartient de nommer le pr√™tre de leur √©glise. L'affaire sera tranch√©e par l'√©v√™que de Strasbourg et le droit de collation (nomination) sera reconnu au pr√©v√īt.

Mais revenons √† l'histoire. Lors de la r√©volte des paysans en 1525, les habitants de Dahlenheim pill√®rent le domaine de l'abbaye de Neubourg. Il est vrai que les heurts avaient √©t√© fr√©quents entre les gens d'ici et les moines. C'est ainsi qu'une longue proc√©dure avait √©t√© ouverte en 1506 au sujet des noyers qui appartenaient aux villageois et que les moines accusaient de faire trop d'ombre √† leurs vignes, emp√™chant les raisins de m√Ľrir. On arriva √† un arrangement, les noyers furent abattus et l'abbaye livra d√©sormais par an six boisseaux de noix aux villageois afin de pouvoir fabriquer l'huile.

En 1576, comme l'attestent un sceau et une borne, la communaut√© porte d√©j√† comme armoiries ¬ęde gueule √† la patte d'oie d'argent¬Ľ, une patte d'oie blanche sur fond rouge, d'o√Ļ le surnom ¬ęd'Kraejefuessler¬Ľ tire vraissemblablement son origine.

Le XVIIe si√®cle entra√ģnera bien des vicissitudes pour le village. L'√©v√™que de Strasbourg, l'archiduc L√©opold d'Autriche, s'√©tait engag√© dans une sombre histoire d'h√©ritage et avait donn√© l'ordre d'embaucher des mercenaires qui furent log√©s dans les villages des alentours qui relevaient de l'√©vech√©. Dans le camp adverse, plusieurs princes prirent ombrage de ce rassemblement de troupes qui √©tait contraire √† l'engagement de l'√©v√™que. Le 22 mai 1610 au soir, les forces de ces princes, le margrave d'Anspach, celui de Durlach, le duc de Wurtemberg, le duc de Deux-Ponts surprirent pr√®s de Dahlenheim un d√©tachement des forces √©piscopales qui forma imm√©diatement une ¬ę Wagenburg ¬Ľ (un retranchement form√© par les chariots plac√©s en cercle) derri√®re laquelle les hommes se mirent sur la d√©fensive. Les assaillants r√©ussirent √† d√©placer un des chariots, ce qui permit √† la cavalerie de charger. Les soldats √©piscopaux prirent la fuite et se r√©fugi√®rent d'abord derri√®re le mur du cimeti√®re de Dahlenheim, puis acc√®pt√®rent les propositions de reddition des princes qui firent ainsi pr√®s de 80 prisonniers.

Cette guerre occasionnera encore bien des passages de troupes et donc des vols, l'armée épiscopale restant retranchée derrière les murs de Dachstein en 1622, en pleine guerre de Trente Ans. Les troupes de Mansfeld qui luttent pour les princes protestants déferlent sur Dahlenheim qu'ils incendient. Dans une lettre adressée au bailliage de Dachstein, les habitants du village se plaignent et notent les destructions avec précision. L'incendie a détruit 4 maisons, 12 granges, 38 étables et écuries, 5 pressoirs. Les 15 familles sinistrées recevront l'autorisation de couper 116 arbres afin de pouvoir reconstruire leurs maisons et leurs biens. Mais les épreuves n'étaient pas achevées pour autant. En 1635 une grande bataille se déroule tout près de Dahlenheim entre les Suédois et les Impériaux; à cette occasion le village est encore pillé.

Avec la fin de la forteresse de Dachstein, la paix se r√©tablit dans le secteur. En 1687, Dahlenheim comptait √† nouveau 160 ha de vignes. Pour la protection du vignoble on lisait us les ans quatre messes pour conjurer la gr√™le! Il est vrai que les orages sont souvent violents sur le secteur. Un fait divers vient √©tayer ce constat. Le 28 ao√Ľt 1866, trois habitants du village voulant fuir l'orage s'√©taient abrit√©s sous un saule. Un √©clair frappa l'arbre et les trois personnes trouv√®rent la mort.

Un mot aussi sur l'√©poque de la R√©volution qui n'a pas fait beaucoup d'adeptes dans le secteur. En effet, les gens d'ici rest√®rent fid√®les √† leur cur√© qui avait refus√© de pr√™ter le serment √† la constitution. Bien vite le village devint le refuge de nombreux pr√™tres r√©fractaires et m√™me d'autres qui avaient pu s'√©chapper des chemins de la d√©portation. Le directoire avait ainsi plac√© un d√©tachement de gendarmes √† Dahlenheim afin d'interdir toute cachette aux r√©fractaires, mais les gendarmes firent cause commune avec la population, et c'est ainsi que le Directoire se f√Ęche et traite Dahlenheim de repaire de brigands o√Ļ les pr√™tres c√©l√®brent en grande pompe les messes en pr√©sence des gendarmes. Cette fois les r√©volutionnaires ordonnent au g√©n√©ral commandant des troupes de Strasbourg de d√©p√™cher 150 hommes au village afin de faire la chasse aux pr√™tres. Nous ne connaissons pas la suite qu'aura cette menace mais un peu plus tard nous apprenons que les messes se c√©l√®brent toujours.

Et nous arrivons aux guerres napoléoniennes, à l'invasion. En 1816 le village doit loger pour des mois, 90 hommes de l'armée prussienne et ces soldats mènent la grande vie sur le dos des habitants. La gloire de Napoléon sera payée cher par l'habitant!

Puis vint la Premi√®re Guerre Mondiale, 1914 - 1918. Il suffit de jeter un coup d'oeil sur le monument aux morts pour comprendre le drame d'un petit village comme Dahlenheim : 29 morts! D'ailleurs plusieurs √©v√®nements se d√©roul√®rent autour de notre clocher. Les Allemands se mirent √† fortifier le sommet du Scharrach, √† y couler du b√©ton et √† y placer des armes lourdes. Quand l'offensive fran√ßaise du mois d'ao√Ľt se d√©clencha sur les Vosges, tout le secteur devint un lieu de rassemblement de troupes. Les Allemands √©taient tr√®s nerveux, ils arr√™t√®rent le restaurateur du Scharrach qui fut accus√© d'avoir fait des signaux lumineux aux troupes fran√ßaises stationn√©es au fort de Mutzig afin de signaler la position du Scharrach. Le malheureux fut jet√© en prison, menac√© d'√™tre ex√©cut√© et son restaurant fut ras√©. Ce n'est
qu'alors qu'on s'apperçut que toute cette affaire remontait à une histoire de moustiques. Des officiers allemands, armés de torches s'étaient mis à chasser des moustiques...
La Seconde Guerre mondiale demandera √† nouveau des sacrifices terribles, neuf jeunes du village sont morts au champ d'honneur, neuf autres ont √©t√© port√©s disparus. On ne conna√ģtra jamais leur calvaire.

Aujourd'hui le village est avant tout √† vocation viticole. Dans le village il y a de nombreuses maisons qui remontent encore au XVIlle si√®cle, avec notamment l'ancienne grange d√ģmi√®re au centre du village (S'Kayser's Hof). En face de l'√©glise, la belle demeure
(S'Fliedel's Hus) est rehaussée par un oriel daté en 1613 avec un joli dicton :

"Gott allein die Ehr.
"Der Mensch ist weiss und wohlgelehrt,
Der all'Ding zum Besten Kehrt"


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Premi√®re citation du village en 884 o√Ļ Charles le Gros fait donation √† l'abbaye Saint-Michel de HONAU, qui fut fond√©e par des moines irlandais sur une √ģle du Rhin au nord de Strasbourg, de nombreuses terres dont le territoire et le lieu-dit DALAHEIM. Cette confirmation de donation imp√©riale est sign√©e en l'an de gr√Ęce 884; elle est la plus ancienne fa√ßon d'√©crire le nom du village.

D√®s le XIIe si√®cle on trouve de nombreuses institutions religieuses propri√©taires de terres et de vignes √† DAHLENHEIM, ainsi appara√ģt le chapitre cath√©drale de Strasbourg (1148), l'abbaye cistercienne de Neubourg qui poss√®de notamment une ferme viticole et re√ßoit confirmation de cette propri√©t√© en 1177; on trouve par ailleurs Saint-Pierre de Strasbourg...

En 1229, le lieu s'√©crit THALHEIM puis TALEHEIM. C'est l'√©poque o√Ļ le chapitre Saint -Thomas de Strasbourg √©num√®re lui aussi, parmi ses biens, des domaines poss√©d√©s √† Dahlenheim. Le chevalier Guillaume de Brumath doit s'engager √† livrer √† ce chapitre quatre Ohms de vin qu'il tire de ces quatre pi√®ces de vignes qu'il poss√®de √† THALHEIM. Depuis 1224 le m√™me chapitre se fournissait en vin √† Dahlenheim.

L'abbaye de HONAU mentionne en 1255 qu'elle poss√®de une cave dans laquelle deux chevaliers de Brumath doivent livrer deux Ohms de vin √† titre d'int√©r√™ts pour un pr√™t. C'est l√† le fameux ¬ę M√īnchhof ¬Ľ la cour des moines dont on parle souvent √† Dahlenheim. Depuis le d√©but du XIIe si√®cle, le grand chapitre de Strasbourg s'est empar√© de la direction de l'abbaye de HONAU et donc de ses propri√©t√©s. Ainsi ces grands dignitaires utilisent les terres et les habitants comme un moyen pour garantir les emprunts qu'ils font aupr√®s des riches familles. C'est ainsi que la moiti√© du village et du ban est engag√©e (hypoth√©qu√©e) √† la famille de F√©n√©trange qui occupe d'autres fonctions aupr√®s de l'√©v√™ch√©.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Eglise "Saint Blaise"

 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Administratif  
  2 rue du Lavoir, 67310 Dahlenheim
03 88 50 66 00
Joessel Roland
   
 
Auteur de la fiche "Dahlenheim" : Céline CLERC-PIROT
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Dahlenheim

Votre prťnom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Dahlenheim
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Alsace > Rhin (Bas) > Dahlenheim (67310)
Nb d'habitants    580 (2002)
Superficie (hectares)    535 
Altitude (en m√®tres)    245