Quelque part en France - Líencyclopťdie interactive des villes et villages de France

Ce site constitue líencyclopťdie interactive des villes et villages de France. Son principe est díoffrir le visage de la France dessinť par ses habitants eux-mÍmes.Son fonctionnement est donc double.Quelque part en France permet díinformer.Quelque part en France permet de síinformer.


 


Reynes
  RechercheContactAide  
       
      Informations manquantes ?  
      Envoyez vos textes au webmaster  




 
 Tourisme 
Reynès, un village en Vallespir, Pyrénées Orientales, dans la vallée la plus méridionnale de France. Venez découvrir notre paradis : le Sud !
     
voir les photos     
  Reyn√®s est un petit village catalan, situ√© en Vallespir, la vall√©e la plus m√©ridionale de France.
A l'entrée de la vallée qui s'étend de Céret à Prats de Mollo, à une altitude moyenne de 340 mètres, la commune s'étend sur 27,6 km², est limitrophe avec l'Espagne, entre les communes de Céret, Taillet, Oms et Amélie les Bains.
De nombreux g√ģtes et locations sont pr√©sents sur la commune, qui offre un climat privil√©gi√© gr√Ęce √† sa position entre mer et montagne.
Il n'y a pas d'office de Tourisme


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Histoire 
     
     
  Pr√©histoire - haut
Le site de Reynès était déjà habité entre le Néolithique (5000 ans a.v. J.C.) et le Chalcolithique (2000 ans a.v. J.C.). Des fouilles archéologiques (Cova de la Dona) ont permis de trouver des fragments de poteries, une petite hache de pierre verte polie, des éléments d'un ou plusieurs colliers et un poinçon en os poli.

On a √©galement pu reconstituer, √† partir de tessons de c√©ramique, un grand vase, au magnifique lustr√©, orn√© de cannelures, appartenant √† une √©poque plus r√©cente, l'√āge du Bronze final (1000 ans a.v. J.C.).
Ces objets sont actuellement exposés au musée archéologique de Céret. Au Néolithique final, nos ancêtres ont commencé à édifier de grands tombeaux de pierre, les dolmens. Un seul dolmen, pillé et ruiné est signalé dans le nord de la commune, au lieu-dit Camp d'en Seris, non loin de la Chapelle de Notre Dame de la Roure, près de la limite du territoire de Taillet. D'autres en Vallespir sont mieux conservés : Caixa de Rotllan à Arles sur Tech, Cova de Rotllan de Corsavi, et celui de Siureda à Maureillas.
(sources : Jean ABELANET)


√Čpoque Romaine - haut
Apr√®s les Ib√®res, les Romains arrivent dans notre r√©gion, qu'ils appellent Pagus Vallis Asperi, et d'o√Ļ est issu le nom Vallespir. On doit aux Romains des nouvelles voies de communications comme la Via Vallespiriana, qui traversait le territoire de Reyn√®s pour aller √† la station thermale d'Acquae Calidae (devenue les Bains d'Arles).
Plusieurs fragments d'amphores ont été retrouvés dans le secteur du Vila.


Envahisseurs - haut
Les Wisigoths, puis les musulmans, ont laissé peu de traces. L'époque carolingienne est marquée par le début de l'expansion agricole. Dès la fin du VIIIème siècle de petits noyaux de population venus du sud et repoussés par la conquête musulmane, apparaissent en Vallespir. Avant 817, sera crée le premier monastère d'Arles dans les anciens Bains Romains.
La mention la plus ancienne du site de Reynès date de 988, sur un acte de donation d'une vigne au monastère d'Arles.
Le Vallespir faisait alors partie du Comt√© de Besal√ļ.


Moyen √āge - haut
Le ch√Ęteau de Reyn√®s fut construit probablement au XI√®me si√®cle, il n'en reste rien aujourd'hui. L'√©glise de Sant Vicen√ß de Reiners est d√©j√† cit√©e en 1027. En 1111, le Comt√© de Besal√ļ est int√©gr√© √† la Maison des Comtes de Barcelone.
Au XIIIème siècle, notre région dépendait du Comte de Barcelone et roi d'Aragon Jaume 1er. Près des fontaines et des rivières, on construisit de nombreux mas, autour desquels furent exploités des jardins, des champs, des forêts, des prairies, des oliveraies et des vignes.
Au bord du Tech, de la Ribera Ampla, de Ballera et de la Palmera, il y avait des moulins à eau pour produire de la farine. La population augmenta, et à la fin de ce siècle, on comptait plus de 70 mas.
Dans la premi√®re moiti√© du XIV√®me si√®cle commen√ßa une p√©riode de crise due √† des mauvaises r√©coltes, des famines et des √©pid√©mies de peste. La population diminua. Beaucoup de mas furent abandonn√©s. √Ä la fin du Moyen-√āge il n'en restait que 14 habit√©s sur le territoire de Reyn√®s.


Renaissance - haut
À partir du XVIème siècle, des gens venus de villages voisins, du Haut Vallespir et surtout des Occitans du Royaume de France arrivèrent à Reynès. Une nouvelle période de prospérité commença.
Alexis d'Albert, le seigneur du lieu, accorda en 1600 la construction d'une forge (D'o√Ļ La Forge de Reyn√®s). En 1659, le Trait√© des Pyr√©n√©es rattache le nord de la Catalogne, dont Reyn√®s, au royaume de France. La r√©sistance anti-fran√ßaise en Vallespir est marqu√©e par les r√©voltes des "Angelets" contre le nouvel imp√īt sur le sel. Les "Angelets" trouvaient parfois refuge dans les mas de la montagne. Apr√®s les guerres et les crises du XVII√®me si√®cle, le XVIII√®me conna√ģt une nouvelle et longue croissance. Un √©dit de 1700 impose le fran√ßais dans les documents publics et judiciaires. En 1702, un notaire de C√©ret essaye, sans y parvenir, de r√©diger en fran√ßais, un inventaire de propri√©t√© √† Reyn√®s. Malgr√© les progr√®s du fran√ßais administratif durant le XVIII√®me si√®cle, le catalan restera la langue √©crite de l'usage priv√©, jusqu'au d√©but du XIX√®me.


La Révolution - haut
La r√©volution fran√ßaise voit la cr√©ation de la commune de Reyn√®s, constitu√©e par l'association des paroisses de Reyn√®s et du Vilar, d'o√Ļ la forme de la commune et sa dispersion.
Dans les années qui suivent la Révolution, les monarchies européennes vont prendre position contre la France. En avril 1793, les royalistes espagnols envahissent le territoire pour lutter contre la République. Des batailles ont eu lieu sur la commune entre les français et les troupes du général RICARDOS, aidées par une partie de la population du Vallespir qui reste sensible au prestige du clergé réfractaire, au poids des traditions et aux liens naturels avec le reste de la Catalogne.


XIXième Siècle - haut
Apr√®s cette p√©riode de troubles, durant le premier tiers du XIX√®me, Reyn√®s conna√ģt une nouvelle croissance d√©mographique gr√Ęce aux apports d'habitants venus des villages voisins et surtout du Haut Vallespir, dans un mouvement g√©n√©ral de reflux qui commence √† se dessiner depuis la montagne, vers les terres moins rudes du bas Vallespir et de la plaine du Roussillon.

En 1825, une piste √©troite reliait C√©ret √† Arles. Les communications se faisaient surtout √† dos de mulet et les rivi√®res se traversaient √† gu√©. La route actuelle date de 1840, √©poque o√Ļ la reine Am√©lie, √©pouse de Louis-Philippe, roi de France, soignait ses rhumatismes aux "Bains d'Arles".

1861 voit l'inauguration du canal d'arrosage d'Amélie - Reynès - Céret - Maureillas - St Jean-Pla-de-Corts, permettant l'arrosage d'un important périmètre en rive droite du Tech.
La situation économique était bonne à cette époque, une mine de talc commença à être exploitée en 1876 et une usine de broyage fut ouverte en 1888. La mine fermera en 1975.

En 1895, la voie ferrée Elne - Arles sur Tech est construite, dont le double pont du VILA ("Pont de Fer"), réalisé dans le style EIFFEL, sur la partie supérieure circulaient les trains, marchandises et voyageurs, sur la partie inférieure circulaient les véhicules. De nombreux ouvrages sont en pierre de taille (Pont de la rivière Ample). Une ligne de voyageurs est créée, mais son existence est éphémère. Elle sera supprimée vers 1970 après avoir été transformée en ligne de marchandises.


Notre Siècle - haut
Au d√©but du XX√®me si√®cle, le catalan a cess√© d'√™tre une langue √©crite mais demeure la seule langue parl√©e. Le fran√ßais est encore inconnu √† Reyn√®s. L'instituteur aura un r√īle d√©terminant dans la divulgation de cette langue.
La première Guerre Mondiale, et dans une moindre mesure l'émigration pour fuir la guerre, dépeuplèrent considérablement la commune. Le monument aux morts fait état de 33 victimes.

Malgr√© l'√©tablissement de la fronti√®re de 1659, la population des villages limitrophes comme Reyn√®s n'a jamais cess√© de se d√©placer d'un √©tat √† l'autre pour fr√©quenter les f√™tes votives (Santa Ll√ļcia √† la Jonquera, les Salines √† Ma√ßanet de Cabrenys), pour travailler, se marier...
La frontière a aussi une fonction protectrice. À la fin de la guerre d'Espagne, en 1939, fuyant l'armée franquiste, des milliers de réfugiés civils et militaires républicains vaincus, transitèrent par le Vallespir.
La 2√®me Guerre Mondiale fut moins √©prouvante pour Reyn√®s qui constitue un important point de passage et d'√©vasion vers l'Espagne. Au nord du Tech, des maquisards, issus en partie de l'ancienne arm√©e r√©publicaine espagnole, sont de temps √† autre ravitaill√©s par des habitants de la commune. Le 19 ao√Ľt 1944, la retraite des troupes allemande est contrari√©e par une embuscade men√©e par le Maquis du Vallespir au pont de fer, o√Ļ le Capitaine Fran√ßois MADERN trouve la mort.

La crue d'Octobre 1940 (A√Įguat) cause de nombreux d√©g√Ęts sur la commune, dont la destruction du pilier central du pont de fer de La Forge et l'inondation de certains de ses quartiers, des √©boulements de la route √† les Embau√ßades, la disparition de l'usine hydro√©lectrique de La Cabanasse, la passerelle du domaine Saint Paul dont il reste un pilier.

Avant les grandes crues de 1940, le Tech était un fleuve qui serpentait au fond de la vallée tout au long de ses rives étaient installés des usines (électricité, espadrilles, usine de chocolat, l'usine de talc au Pont de Reynès), les plus beaux vergers s'épanouissaient sur les berges du fleuve du haut Vallespir, jusqu'à la mer s'étendaient des activités agricoles et industrielles.
Après le passage de l'eau, le lit du fleuve s'est considérablement élargi, de ce fait le niveau de l'eau a baissé, il ne subsiste plus de culture par manque d'irrigation et les industries de l'époque n'ont pas été reconstruites.


Plus près de nous - haut
Dans les ann√©es cinquante et soixante, le monde rural traditionnel dispara√ģt progressivement, mais l'abandon des campagnes va √™tre compens√©e par l'arriv√©e de nouveaux habitants.
La population est passée de 560 habitants en 1946 à 1218 en 1999. La croissance est imparable à partir des années quatre-vingts, avec le développement des lotissements et du tourisme.
L'évolution démographique d'une commune a toujours été d'importance, preuve en est l'anecdote de 1973 :

"PYR√ČN√ČES ORIENTALES : REYN√ąS REFUSE D'√äTRE COUP√ČE EN DEUX !"
Le plan de fusion des communes des Pyrénées Orientales prévoit de partager en deux la petite commune de Reynès (693 habitants), pour rattacher chacune des deux moitiés aux communes les plus proches. Le Conseil Municipal s'est réuni le 11 novembre pour s'élever de façon énergique contre ce jugement de Salomon.
Dans une lettre adress√© au Pr√©fet, M. le Maire √©crit : "j'ai √©t√© surpris de constater que l'on propose (chose unique dans le d√©partement) de d√©manteler notre commune en deux parties, dont l'une, plus √©quip√©e, serait rattach√©e √† Am√©lie-Les-Bains, et l'autre √† C√©ret. Le Conseil Municipal, √† l'unanimit√©, m'a charg√© de vous informer qu'en aucun cas il n'accepterait ce partage entre voisins. Il me para√ģt donc que si des √©tudes √©taient en cours dans ce sens, elles s'av√®rent d'ores et d√©j√† inutiles."
Extrait de la Vie Publique (Journal National des Collectivités Locales) février 1973

Internet - Haut
Aujourd'hui, l'avancée technologique et l'informatique nous propulse sur Internet : Les autoroutes de l'information ! Pour nous, simplement le moyen de mieux communiquer.
Internet est un m√©dia, au m√™me titre qu'un magazine ou qu'une cha√ģne de t√©l√©vision. Avec en plus la multitude de sujets et d'Internautes. En effet, l'avantage majeur, c'est la possibilit√© de montrer et d'√™tre vu √† des milliers de kilom√®tres.
Pourquoi ? Et pourquoi pas, il y a quelques milliers d'années le premier Reynésien laissait dans une grotte, une hache en pierre polie.
Aujourd'hui, à nous de laisser notre trace, avec nos moyens.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Origine du nom 
     
     
  Plusieurs hypoth√®ses existent. La plus plausible nous para√ģt √™tre celle de J. Coromines (Onomasticon).
Les formes les plus anciennes représentent le latin RIVU NIGER (rivière noire). Cette étymologie donnerait normalement en catalan RIUNER.
Toutefois les formes REINER ou RAYNERS bien différentes des premières qu'elles ont évincées paraissent issues du nom Germanique RAINHER de RAGIN (Conseil) et HARI (armée). Il est donc probable que RIVO NIGRO ait été une interprétation savante de scribe transcrivant un nom propre germanique incompris.
RAGIN HARI est devenu tr√®s t√īt RAINHER, RAIN√ÄIRS, RAINER, puis REIN√ČIRS et REIN√ČRS (voyelle neutre transcrite aussi bien par "a" que "e", addition d'un "s" de faux pluriel).

Dès le XIV siècle la diphtongue "ai-ei" a été marquée en Catalan par un "y" qui est resté depuis. A l'époque de la décadence du Catalan, au XVI siècle le "r" final, devenu muet, a disparu.
Au XVII si√®cle, l'Administration Fran√ßaise a adopt√© la forme la plus courante √† l'√©poque : REYN√ąS (en francisant la finale tonique par un accent grave sur le "e").


DATES

Rayneriis : 1246 et 1279
Rayners : 1307, 1359, 1390
Raynes : 1407
Reyneriis : 1479
Reineris : 1605
Raines : 1624
Reynes : 1628
Re√Ņnes : 1700
Ra√Ņnes : 1703
Reines : 1720
Reynés : 1772
Raines : 1789
Reynès : 1886

http://www.reynes.fr/html/origine.htm


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Lieux de culte 
     
     
  Chapelle Saint Paul
Chapelle du Vila
Chapelle Saint Vincent


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Description Gťographique 
     
     
  Cap au Sud !

La commune de Reynès est située dans la partie sud du département des Pyrénées Orientales, dans le Vallespir, et la vallée du Tech, vallée la plus méridionale de France métropolitaine.
Le Tech, avec la Têt et l'Agly est un des trois fleuves du département.

Pour les sp√©cialistes, les coordonn√©es pr√©cises sont N 42¬į 28' 33,8 " et E 0022 42' 26,73.

La superficie de la commune est de 27,6 km¬≤, elle s'√©tend entre les communes de Taillet, Am√©lie-les-Bains √† l'ouest, ville thermale et C√©ret √† l'est, la sous-pr√©fecture. Elle est mitoyenne avec l'Espagne au sud, dont elle est s√©par√©e par la cha√ģne des Pyr√©n√©es et le massif du Roc de Frausa (Roc de France) culminant √† 1 450 m, sur le territoire communal de Reyn√®s.

A 35 km de Perpignan et à 10 km de la sortie de l'autoroute (Le Boulou), la commune de Reynès se situe à l'extrémité sud-ouest de la plaine du Roussillon, sur les premiers contreforts du massif du Canigou (altitude 2 784 m).



La présence proche de la mer Méditerranée (27 km) alliée à une altitude comprise entre 150 et 1450 m, apporte à la commune de Reynès un climat méditerranéen, doublé d'un microclimat en raison de la moindre fréquence des vents dominants et notamment de la Tramontane. La moyenne annuelle des précipitations est de 800 mm au village de Reynès (altitude 240 m). Vous trouverez plus de détail dans la page météo.

Plusieurs rivières arrosent la commune et se jettent dans le Tech. Rive gauche du Tech, la rivière Ample rejoint ce dernier au-dessus du Vila. Au Pont de Reynès, la rivière le Reynès, composé plus haut des rivières de Baillère et de Calsan, vient également grossir le Tech.

Contrairement aux communes environnantes qui sont concentrées autour d'un vieux centre, ce qui est traditionnellement l'évolution urbaine normale. Reynès est une commune composée de sept hameaux disséminés sur la commune : La Cabanasse - Le Vila - Saint-Paul - Le Pont de Reynès - La Forge - Le village - Le Coll de Bousseill.
Cette particularité en fait son charme, mais multiplie les difficultés de gestion et de services.


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 
 Vie locale 
     
     
  F√™te de la Ch√Ętaigne
C'est tout d'abord, une grande f√™te conviviale qui commence le vendredi soir du premier week en d'octobre, par une soir√©e a la bore del foc : Contes au bord du feu, ch√Ętaignes et Vin nouveau. Une soir√©e conviviale et chaleureuse, √† passer en famille ou avec des amis, un coup de main aux traditions et un pied de nez √† la citrouille. Venez nombreux et nombreuses avec vos enfants.
La fête se poursuit le Dimanche avec un vide-grenier et un marché artisanal et de produits naturels et biologiques. De quoi passer une journée très agréable dans le charme de notre commune

Une initiative de l'Association Site Internet de Reynès (A.S.I.R.) pour la promotion de Reynès et des traditions.

http://www.reynes.fr/html/fetechat.htm


 
 
Informations
manquantes ?
Envoyez vos textes
au webmaster
 
 

  Adresses utiles  
  http://www.reynes.fr
   
 

  Education  
  Nombre d'√©coles primaires : 1
Nombre d'école maternelle : 1
   
 

  Administratif  
  Secr√©tariat Mairie :

‚ÄĘ Ouverture du secr√©tariat du lundi au vendredi 8h00-12h00 et 14h00-17h00
‚ÄĘ Rendez-vous avec M. le Maire ou un adjoint : de pr√©f√©rence le matin de 10h00 √† 12h00

http://www.reynes.fr/html/infocity.htm
H√ītel de Ville
Le Village
66400 REYNES
04 68 87 18 55
VILLALONGUE Roger
   
 
Auteur de la fiche "Reynes" : Fabien FRANC√ąS
Contact : Poser une question ou faire un commentaire sur Reynes

Votre prťnom et nom
Votre email
Commentaire/Question
CAPTCHA Image
Refresh Image

 


Reynes
  RechercheContactAide  
    Quelque part en France 2002-2008  
 


France > Languedoc-Roussillon > Pyrénées-Orientales > Reynes (66400)
Nb d'habitants    1203 (2002)
Superficie (hectares)    27,6 
Coordonn√©es G√©ographiques (latitude;longitude)    N 42¬į 28' 33,8 " et E 22 42' 26,73 
Altitude (en m√®tres)    240 
Nom des habitants    Reyn√©siens 
Nombre d'√©coles primaires   
Nombre d'√©cole maternelle